Six mois après la publication des résultats du baromètre de confiance dans l’avenir, le magazine L’Étudiant, BVA et Orange dévoilent la suite de leur enquête sur l’impact de la crise sanitaire sur la scolarité des jeunes et leurs attentes pour le monde du travail. Les résultats confirment leur détresse psychologique.

Les jeunes étudiants de 15 à 20 ans sont de plus en plus démotivés dans leur parcours scolaire et sont inquiets de leur avenir.
Les jeunes étudiants de 15 à 20 ans sont de plus en plus démotivés dans leur parcours scolaire et sont inquiets de leur avenir. © Radio France / Victor Vasseur

Interrogés en février, 2.000 jeunes, de 15 à 20 ans, se sont livrés sur leur état d'esprit, de plus en plus impacté par la crise sanitaire. Baisse de motivation, décrochage, sentiment d'isolement, peur de ne pas trouver d'emploi... Plus de sept sondés sur dix avouent avoir le moral en berne.

74% des sondés connaissent une baisse de motivation et 71 % ont l’impression de décrocher à cause de la crise sanitaire. Ils sentent leur avenir incertain, surtout les étudiantes et étudiants en première et deuxième années d'université.  

"Le diplôme est roi en France, que cela soit positif ou négatif, ça fonctionne comme cela, et on sait que le diplôme a un impact sur l'avenir des jeunes élèves" rappelle Ariane Fery, directrice de la rédaction de l'Etudiant. "La démarche d'orientation est d'autant plus anxiogène en cette période", note-t-elle. "Pour autant, la base de leurs choix est fondée. 44% ont opéré leurs choix par goût personnel, 38% ont fait leur choix dans la perspective de s'épanouir personnellement dans leurs études et 30% sur la capacité à réussir dans ce domaine."

La crise sanitaire déséquilibre le moral des étudiants

Malgré les inquiétudes et incertitudes liées à la crise sanitaire, les jeunes sont toujours très attachés à l'idée de donner du sens à leur parcours. Un parcours parfois remis en question durant cette période de crise. Ils sont 44% des sondés à vouloir se réorienter, l'autre partie réfléchit à cette option. 

La crise sanitaire a aussi entravé le souhait de partir à l’international de la majorité des jeunes interrogés. Le plus important pour débuter leur vie active, c’est avant tout d’avoir un équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle. 

Parcoursup, une plateforme d’inscriptions accessible et efficace selon les bacheliers

Alors que les inscriptions sur Parcoursup seront closes le jeudi 11 mars, les élèves de terminale et les étudiants interrogés reconnaissent que la plateforme est accessible (81 %), lisible (66 %), efficace (62 %) et fournit des informations utiles (76 %). Cependant, moins d'un jeune sur deux considèrent qu’elle permet un accès équitable à l’enseignement supérieur.

Les jeunes sont partagés quant à l'accompagnement dans leur orientation. Ils sont aussi nombreux à avoir le sentiment d’être ou d’avoir été bien accompagnés dans leur orientation (48%), plutôt que l’inverse (49%). Si les lycées privés (61%), les hommes (55%) et les terminales (51%) sont un peu plus nombreux à se sentir bien accompagnés, les sentiments de manque sont plus répandus parmi les étudiants en première année post-bac : 61% n’ont pas le sentiment d’être ou d’avoir été bien accompagnés.

Environ six étudiants sur dix affirment ne pas avoir eu de visibilité sur les options qui s’offraient à eux, ni de contacts avec les professionnels du secteur qui les intéressaient, ou de contacts avec des étudiants du niveau supérieur et de possibilité de visite des établissements qui les intéressaient.