[scald=22657:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Rachid Nekkaz, un homme d'affaires qui voulait se présenter à la primaire socialiste en vue de l'élection présidentielle de 2012, a déversé mercredi 10.000 pièces d'un euro devant le siège du PS à Paris pour protester contre les modalités d'organisation de ce scrutin.

"C'est l'argent sale des primaires", a-t-il dit. "Je considère le Parti socialiste comme un maquereau qui obligerait les électeurs à payer un euro pour financer ses campagnes."

Les Français désireux de participer à la primaire doivent payer un euro et signer une charte d'adhésion aux idées de gauche. Les candidats doivent quant à eux recueillir un certain nombre de parrainages d'élus.

Rachid Nekkaz avait déjà voulu se présenter à la présidentielle de 2007. Il avait annoncé avoir obtenu les 500 parrainages nécessaires avant de renoncer en dénonçant les pressions qui auraient incité ses soutiens à se désister.

Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.