Toute la semaine, le président de la République se rend sur les routes du nord et de l'est de la France pour célébrer le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Un périple qui commence dimanche à Strasbourg et se terminera le 11 novembre lors d'une cérémonie sous l'Arc de Triomphe.

Emmanuel Macron, pas encore Président à l'époque, lors des commémorations du 11-Novembre en 2016
Emmanuel Macron, pas encore Président à l'époque, lors des commémorations du 11-Novembre en 2016 © AFP / FRANCOIS LO PRESTI

Une "itinérance à la rencontre de nos ancêtres les Poilus", selon l'Elysée : de dimanche jusqu'au samedi 11 novembre, Emmanuel Macron se lance dans une tournée sur les routes du nord et de l'est de la France, à l'occasion du centenaire de l'armistice de la guerre de 14-18, le chef de l'État va traverser 11 départements et 17 villes, passant en particulier par plusieurs lieux historiques majeurs de la Grande guerre. 

Avant la cérémonie internationale du 11 novembre au pied de l'Arc de Triomphe à Paris, Emmanuel Macron sera accompagné, sur plusieurs étapes du périple, par d'autres dirigeants internationaux : Angela Merkel lors de la visite de la Clairière de l'armistice à Compiègne, Theresa May sur un site de la bataille de la Somme, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta à Reims, pour un hommage aux tirailleurs africains. 

Lieux de mémoire et problématiques sociales

Au cours de cette "tournée", le Président visitera des lieux qui n'ont encore jamais été l'objet d'une visite officielle, comme les champs de bataille de Morhange en Moselle et des Eparges dans la Meuse. A cela s'ajouteront les lieux incontournables comme l'ossuaire de Verdun, le Chemin des Dames ou la nécropole de Notre-Dame de Lorette et son Anneau de la Mémoire, où sont gravés les noms de 580 000 personnes mortes au combat. 

Emmanuel Macron, qui présidera le 7 novembre à Charleville-Mézières un conseil des ministres exceptionnel, devrait aussi en profiter pour visiter des lieux qui font écho aux problématiques politiques et sociales : il visitera notamment l'usine Renault de Maubeuge, un EPHAD et pourrait rendre visite aux ouvriers de l'aciérie Ascoval, toujours en attente d'une offre de reprise. A Lens, il consacrera également une matinée au plan de lutte contre la pauvreté. 

Des lieux chargés d'histoire

Parmi les lieux de commémoration où se rendra le président, son entourage et parfois ses homologues, figurent les grands terrains de conflit. Outre celui de Verdun, où sont tombés plus de 300 000 Français entre février et décembre 2016, on retrouve ceux de Morhange, première grande bataille de la guerre en août 1914 - et première grande défaite française, ou encore des Éparges en 1915, bataille qui s'est déroulée dans des conditions très difficiles (boue, neige et pluie au rendez-vous) et qui n'a débouché sur aucune avancée significative, ni pour un camp ni pour l'autre. 

Outre les champs de bataille, les lieux symboliques que sont la Pierre d'Haudroy, monument en granit célébrant le premier cessez-le-feu de la guerre, le mémorial de 45 mètres de haut à Thiepval dans la Somme, ou la Clairière de l'Armistice, lieu où a été signé l'armistice du 11 novembre 1918 ; et où un musée abrite un wagon identique à celui du maréchal Foch. 

Jour après jour, l'historien Jean-Yves Le Naour revient sur chacun des grands épisodes qui ont marqué le conflit et qui constituent les étapes du périple présidentiel.

Lundi : Morhange

L'épisode de Morhange est oublié et méconnu dans l'histoire du récit national. Et pour cause : c'est l'une des plus grandes débâcles de l'histoire de l'armée française : la bataille des frontières, du 14 au 24 août 1914.

48 sec

La bataille des frontières vue par Jean-Yves Le Naour

Par Thibault Lefèvre

Mardi : Verdun

C'est peut-être l'épisode le plus connu dans l'histoire de la Grande guerre, le symbole de l'horreur absolue.

46 sec

L'épisode de Verdun raconté par Jean-Yves Le Naour

Par Thibault Lefèvre

Mercredi : La Pierre d'Haudroy

C'est là que sera célébrée la fin de la guerre : c'est ce lieu qui a vu arriver, le 7 novembre 1918, les plénipotentiaires allemands, autrement dit la délégation en charge de signer l'armistice.

51 sec

L'arrivée des plénipotentiaires, par Jean-Yves Le Naour

Par Thibault Lefèvre

Jeudi : Notre-Dame-de-Lorette

C'est le plus grand cimetière français, en plein coeur des champs de bataille de l'Artois. 

51 sec

Notre-Dame-de-Lorette, raconté par Jean-Yves Le Naour

Par Thibault Lefèvre

Vendredi : Thiepval

Le mémorial de Thiepval dans la Somme est le symbole de l'une des pages les plus sombres de l'histoire de l'armée britannique : la bataille de la Somme, entre juillet et novembre 1916.

45 sec

Le mémorial de Thiepval raconté par Jean-Yves Le Naour

Par Thibault Lefèvre

Samedi : La Clairière de l'Armistice

Dans ce lieu aussi appelé clairière de Rethondes, a été signée, le 11 novembre 1918, au petit matin, l'armistice... dans un wagon. 

49 sec

La Clairière de l'armistice, racontée par Jean-Yves Le Naour

Par Thibault Lefèvre
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.