Ainsi va la politique sociale de Nicolas Sarkozy, de François Fillon et de Xavier Bertrand. On fait semblant de jouer la carte du dialogue social en donnant l'illusion aux partenaires sociaux qu'ils sont acteurs et décisionnaires d’un processus de rénovation. Mais finalement, pour calmer la fronde parlementaire et donner des gages à une majorité énervée, le Président, son Premier Ministre et son Ministre des affaires sociales font un joli bras d'honneur à un accord social que l'on peut qualifier d'historique. Question pour un champion. Qui peut répondre à quand remonte la dernière signature d'un texte où l'on retrouve côte à côte le MEDEF, la CFDT et surtout la CGT ? Réponse: personne, car la première fois que cela est arrivé, c'était le 19 avril dernier et Il y a de fortes chances pour que cela ne se reproduise plus avant longtemps. Résultat des courses: la majorité UMP est peut-être calmée ( cela reste à voir) mais le timide rapport de confiance instauré depuis un an entre un gouvernement de droite et les deux principales confédérations du pays a volé en éclats. Il y a des jours comme cela où le manque de vision de la part de nos gouvernants me crispe.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.