[scald=99327:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Marine Le Pen a annoncé jeudi qu'elle disposait pour l'instant de 452 parrainages définitifs d'élus sur les 500 requis pour pouvoir concourir à la présidentielle et a avancé l'hypothèse de son absence au scrutin.

La présidente du Front national a précisé sur France 2 qu'il lui manquait 48 signatures et a lancé un nouvel appel aux 42.000 élus susceptibles d'apporter leur signature aux candidats.

"Il faut qu'il y ait une cinquantaine de maires courageux ce soir, républicains, attachés à la démocratie, qui prennent leur plume et qui disent on ne peut pas supporter cette situation", a-t-elle dit.

"Sinon, le 16 mars, date définitive, effectivement je ne serai peut-être pas candidate à l'élection présidentielle", a-t-elle ajouté.

La chef de file du FN a précisé qu'elle avait 452 parrainages et qu'il lui en manquait 48 "pour atteindre pile les 500".

Marine Le Pen a expliqué qu'elle pensait jusqu'à l'envoi des formulaires par les préfectures pouvoir compter sur 475 signatures. Mais 23 maires n'auraient pas, selon elle, respecté leur promesse.

Plus de 47.000 élus ont reçu le formulaire qui leur permet de parrainer un candidat à la fin de la semaine dernière. Ce formulaire, une fois rempli, doit être renvoyé au Conseil constitutionnel avant le 16 mars en fin de journée.

La dirigeante du FN avait demandé à ce que les parrainages des élus soient rendus anonymes avant d'éviter les pressions mais sa requête a été rejetée le 21 février par le Conseil constitutionnel.

Marine Le Pen piétine dans les sondages, où elle recueille de 16 à 18% d'intentions de vote au premier tour, selon les instituts. Mais les politologues notent que son socle reste solide.

Gérard Bon, édité par Jean-Loup Fiévet

Mots-clés :

Derniers articles


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.