[scald=201713:sdl_editor_representation]BEYROUTH (Reuters) - Deux explosions ont secoué mardi l'université d'Alep, la deuxième ville de Syrie, faisant au moins 52 morts et des dizaines de blessés, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), proche de l'opposition, citant des sources médicales.

Les rebelles et le régime de Damas s'imputent mutuellement la responsabilité de cette attaque, qui aurait été perpétrée à l'aide de deux roquettes, selon la télévision d'Etat qui n'a pas fourni de bilan.

La ville d'Alep est contrôlée pour moitié par les rebelles et pour moitié par les forces fidèles au président Bachar al Assad. L'université, où devaient débuter mardi les examens de mi-année, est située dans la partie gouvernementale.

Mariam Karouny, Tangi Salaün pour le service français

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.