[scald=88303:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Sept Français sur dix souhaitent la présence de Marine Le Pen, qui peine à recueillir les parrainages d'élus nécessaires, à la présidentielle, selon un sondage BVA pour Le Parisien, à paraître mardi.

Selon cette enquête, 70% des personnes interrogées, contre 29%, souhaiteraient que la présidente du Front national dispose de ses 500 signatures et puisse concourir au scrutin présidentiel. 1% ne se prononcent pas.

Outre les sympathisants du FN (98%), et, plus généralement, ceux de la droite (86%), une large majorité (60%) de ceux de gauche souhaitent la candidature de Marine Le Pen.

"Plus qu'une nouvelle preuve de la réussite de la stratégie de dédiabolisation du FN par Marine Le Pen, ce résultat illustre plus probablement la réaction 'logique' de citoyens - fussent-ils très hostiles à ce parti - qui considéreraient comme un déni de démocratie que soit exclu de la compétition présidentielle un parti pesant un cinquième des intentions de vote", souligne BVA.

Marine Le Pen avait affirmé à la mi-janvier être "loin du compte" et disposer de moins de promesses de signatures que son père à la même époque en 2007.

La présidente du FN a brandi le risque qu'elle ne puisse pas concourir mais ses adversaires dénoncent une "mise en scène" visant à se poser en victime.

Le sondage BVA a été effectué le 30 janvier auprès d'un échantillon de 924 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Gérard Bon

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.