Les bulletins de vote notamment sont mis en cause pour invalider les élections.
Les bulletins de vote notamment sont mis en cause pour invalider les élections. © MaxPPP / Vincent Andorra

Dans cette commune de l’Oise, le maire Les Républicains a décidé de poser la question aux habitants. Un référendum est organisé ce dimanche et les avis sont très partagés.

Ce sont les 54.000 Beauvaisiens qui sont appelés à trancher. Les 32 bureaux de vote habituels seront ouverts de 10h à 18h. Mais pourquoi organiser ce scrutin ? Tout simplement parce que la maire ne s’était pas prononcée sur ce point lors de sa campagne. Sauf que la sénatrice-maire de Beauvais, Caroline Cayeux, est confrontée aujourd’hui à une situation nouvelle. Si "la délinquance a baissé d'environ 30%" ces dernières années dans la commune, les délinquants sont "plus dangereux et parfois lourdement armés", notamment ceux liés "au "trafic de drogue".

Il est donc maintenant question de fournir des armes aux 50 policiers municipaux qui patrouillent dans la ville. La majorité municipale est partagée sur le sujet. A gauche, tous les élus locaux ont pris position contre l'armement des policiers municipaux. Et dans la ville, l’idée ne fait pas l’unanimité. Le reportage de Géraldine Houdayer.

Si les habitants se prononcent en faveur de l’armement de leurs policiers municipaux, il faudra encore l’autorisation du préfet. Et le port d’une arme dépendra ensuite du volontariat de chaque agent.

Le gouvernement s'est déjà déclaré hostile au port d'arme généralisé des policiers municipaux. C'est aussi la position de l'Association des maires de France (AMF).

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.