Robert Ménard à Béziers
Robert Ménard à Béziers © MaxPPP

Robert Ménard, le maire de Béziers, élu avec le soutien du FN, a déclenché une polémique et suscité l'ouverture d'une enquête préliminaire, en faisant état d'un décompte des élèves musulmans de sa commune sur la base de leur nom.

Cette fois-ci, la "ligne jaune" a été franchie selon Bernard Cazeneuve. Pour le ministre de l'Intérieur, le maire de Béziers "se place délibérément en dehors des valeurs de la République" en ayant recours au "fichage" des élèves musulmans sur la base de leur nom.

Depuis Ryad, en Arabie Saoudite, où il est en visite, le président François Hollande a tenu a rappelé que : "le fichage d'élèves dans les écoles est contraire à toutes les valeurs de la République", ajoutant :

Il y a des principes dans la République et quand ils sont gravement atteints, les tribunaux en sont saisis et des sanctions seront prononcées par les juges compétents

0'57

François Hollande s'est exprimé depuis Doha

Mehdi Ouraoui et Naïma Charaï, deux membres du Conseil national du PS, le "parlement" du Parti socialiste, ont ainsi décidé de saisir la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) et le Défenseur des Droits, dénonçant des "pratiques d'un autre temps, d'une exceptionnelle gravité".

"Les prénoms disent les confessions"

Invité de l'émission Mots Croisés sur France 2 lundi soir, Robert Ménard, élu à la tête de Béziers avec le soutien du Front National, a lâché ce chiffre :

Il y a "64,6%" d'élèves de confession musulmane à Béziers. Ce sont les chiffres de ma mairie. Je sais que je n'ai pas le droit de le faire. Pardon de le dire, les prénoms disent les confessions. Dire l'inverse, c'est nier l'évidence

0'49

Robert Ménard; invité de Mots Croisés, sur France 2

A la suite de cette déclaration, une enquête préliminaire pour "tenue illégale de fichiers en raison de l'origine ethnique" a été ouverte, a indiqué le procureur de la République de Béziers, M. Yvon Calvet.

"En dehors des valeurs de la République"

"Honte au maire" de Béziers Robert Ménard, a déclaré Manuel Valls dans un tweet, ajoutant que "la République ne fait aucune distinction parmi ses enfants". Robert Ménard est "en dehors des valeurs de la République" avec le "fichage" des élèves musulmans, a estimé Bernard Cazeneuve. Le ministre de l'Intérieur ajoutant :

Un tel fichage est interdit par la loi. Ficher des enfants selon leur religion, c'est renvoyer aux heures les plus sombres de notre histoire

La ministre de l'Éducation Najat Valaud Belkacem a elle aussi rappelé que le "fichage" des élèves musulmans sur la base de leur nom est "illégal" et "profondément anti-républicain".

Le député PS de Seine et Marne Edouardo Ryan-Cypel estime que c'est "tout simplement hallucinant" au micro France Inter de Marc Fauvelle :

1'00

"Tout simplement hallucinant" pour le député Edouardo Ryan-Cypel

"Scandalisée, écoeurée"

Quant à la communauté musulmane, elle s'est dite "scandalisée, écoeurée". "Avec de telles attitudes, il ne faut pas s'étonner que des jeunes se révoltent, voire qu'on les envoie dans les bras de ceux qui veulent les manipuler et leur disent "voyez comment la France vous traite". Un intégrisme en nourrit un autre", estime Abdallah Zekri, président de l'Observatoire national contre l'islamophobie au Conseil français du culte musulman (CFCM).

Ce mardi matin, la mairie de Béziers a cependant nié l'existence de tout fichier. "La mairie de Béziers ne constitue pas et n'a jamais constitué de fichiers des enfants", a-t-elle affirmé dans un communiqué.

Cette absence de liste, M. Ménard l'a également revendiquée sur BFMTV. "On n'établit aucune liste", a-t-il dit, admettant qu'il voulait savoir combien il y a d'enfants immigrés dans les classes. E d'ajouter : "Oui, les deux tiers des enfants fréquentant les écoles maternelles et primaires publiques de Béziers sont issus de l'immigration, et je trouve que c'est trop, car on n'assimilera personne", a-t-il déclaré, se disant favorable aux statistiques ethniques.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.