jean-françois copé propose de fusionner régions et départements
jean-françois copé propose de fusionner régions et départements © reuters

Jean-François Copé a donné son feu vert à un accord UMP/Bayrou pour les municipales à Pau. Un réel changement de cap dans la stratégie UMP, qui ne se fait pas sans douleur.

Jean-François Copé le dit : "Je n'oublie rien". Mais le président de l'UMP pouvait difficilement plus longtemps mettre son veto à une alliance UMP/MoDem/UDI à Pau.

François Bayrou, dans sa démarche, avait déjà reçu le soutien de plusieurs ténors de l'UMP : François Fillon, Jean-Pierre Raffarin ou Alain Juppé. Ensuite, le candidat UMP local Eric Saubatte militait fermement pour cette union, et il n'a pas manqué de le faire savoir, de manière de plus en plus insistante, à un Jean-François Copé qui a fini donc par accepter, disons, par pragmatisme.

Après 42 ans de gestion socialiste, c'est en effet une chance historique de décrocher cette ville de 80 000 habitants. Le dernier sondage en date donnait d'ailleurs François Bayrou en tête au premier tour, sans même le soutien de l'UMP. Le Parti socialiste aborde les municipales dans un contexte très difficile.

L'UMP a donc décidé de mettre de côté ses querelles avec François Bayrou, pour tenter d'arracher une victoire qui serait très symbolique. Bayrou, lui, peut avoir le sourire mais il joue gros. C'est la troisième fois qu'il tente de conquérir la mairie de Pau.

L'interview sur le sujet de Roger Karouchi, sénateur UMP des Hauts-de-Seine et proche de Nicolas Sarkozy et Jean-François Copé, par Philippe Abiteboul

Le rapprochement avec le MoDem ne plaît pas à tout le monde

Les députés UMP de la Droite Populaire protestent contre cette union. Dans un communiqué, Thierry Mariani, Alain Marsaud, Jacques Mariani et Lionel Lucas dénoncent cette décision, dans des mots très durs.

L'UMP n'a pas à salir à nouveau son image dans une telle combine et la Droite populaire ne participera pas à cette pitoyable pantalonnade (...) François Bayrou est celui par lequel le socialisme s'est installé en France en 2012 par son soutien à François Hollande (...) Il est celui qui a insulté et calomnié Nicolas Sarkozy et l'UMP durant les sept dernières années (...) Celles et ceux qui ont encore des convictions et qui croient à l'alternance à droite combattrons la candidature de ce cheval de retour qui tente d'acheter son dernier "come back" alors qu'il échoue lamentablement depuis 10 ans malgré ses trahisons successives.

Thierry Mariani a également réagi sur Twitter.

Du côté du FN, c'est Florian Philippot qui fustige ce rapprochement.

Le soutien de l'UMP à la candidature de François Bayrou à Pau est la dernière preuve en date de cette lune de miel entre l'UMP et le PS

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.