A trois jours du premier tour de la présidentielle, ce dimanche, la question du vote stratégique se pose, à gauche, pour favoriser l'un des candidats bien placé dans les sondages.

Face aux sondages qui donnent Benoît Hamon perdant, nombre d'électeurs hésitent entre vote utile et vote de cœur
Face aux sondages qui donnent Benoît Hamon perdant, nombre d'électeurs hésitent entre vote utile et vote de cœur © AFP / Damien MEYER

Pour qui voteront les électeurs de gauche ? Trois jours seulement avant le premier tour du scrutin, ce dimanche 23 avril, la question du vote utile se pose chez les électeurs tiraillés entre Benoît Hamon, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon.

Ceux qui sont convaincus ne se posent pas la question : ils voteront par conviction. Mais pour Philippe, coach en entreprise, c'est un peu plus compliqué. La soixantaine, cet électeur se dit "de gauche" depuis toujours. Lors de la primaire socialiste, il a choisi, par conviction et par adhésion, de soutenir Benoît Hamon.

Des certitudes qui se sont émoussées au cours de la campagne et à mesure que le candidat socialiste dévisse dans les sondages, pour passer récemment sous la barre des 10%.

"Le vote de conviction devrait être la norme"

Le cœur ou la raison ? Virginie ne se pose pas la même question. Cette comédienne de 38 ans ne veut pas renoncer à ses idées : elle ira voter pour Benoît Hamon.

Virginie estime d'ailleurs que le vote de conviction importe plus que les calculs stratégiques, et que cela devrait être la norme dans une démocratie en bonne santé. Sur Twitter, nombreux sont ceux qui partagent cette opinion, à l'image de Fabienne, qui estime que le vote utile, c'est une sorte de confiscation de son droit de vote.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.