Des députés à l'Assemblée nationale
Des députés à l'Assemblée nationale © MaxPPP

L’immense majorité des parlementaires de droite avait voté contre la loi instaurant le non cumul des mandats, la proposition 48 du candidat François Hollande. Mais à gauche, le soutien était quasi unanime. Sauf qu’après les élections régionales, ce sont des personnalités de droite qui renoncent à leurs postes raconte Frédéric Métézeau, le chef du service politique de France Inter :

Le cumul est donc tendance à droite, mais beaucoup moins à gauche. Question de principe ou de réalisme, le PS qui ne dispose que d’une majorité relative au Palais Bourbon, aurait trop à perdre en cas de législatives partielles

A droite, les désistements

Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, Christian Estrosi et Hervé Morin ont immédiatement renoncé à leurs postes de députés et de maire pour prendre la direction des régions qu’ils ont conquises dimanche . Gérald Darmanin restera maire de Tourcoing, mais il quitte l’Assemblée, pour devenir vice-président de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Son collègue, Marc-Philippe Daubresse, député-maire de Lambersart (Nord) et élu conseiller régional dimanche, se pose la même question.

A gauche, le cumul

Carole Delga, future présidente dans la région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon restera députée, idem pour Alain Rousset, élu en Aquitaine. Quant à Jean-Yves le Drian, il s’affranchit de la charte de déontologie du gouvernement pour rester ministre de la Défense tout en présidant le conseil régional de Bretagne.

La loi sur le non cumul des mandats applicable en 2017

La loi interdisant le cumul des mandats exécutifs locaux avec le mandat de député, de sénateur ou de parlementaire européen a été promulguée le 14 février 2014. Elle dispose que l’interdiction sera applicable à compter du premier renouvellement des assemblées concernées après le 31 mars 2017.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.