Laurent Wauquiez, président des LR, sera ce mercredi à Helsinki où a lieu le congrès du Parti populaire européen (PPE), qui va élire son SpitzenKandidat, son candidat à la présidence de la commission. Un moment clé pour la droite, qui lance sa campagne. En France aussi, la campagne est lancée, mais assez mollement.

Hémicycle du Parlement européen à Strasbourg
Hémicycle du Parlement européen à Strasbourg © AFP / FREDERICK FLORIN

Alors que tous les eurodéputés français du PPE seront réunis pendant deux jours à Helsinki, c'est une droite toujours sans tête de liste qui mène aujourd'hui campagne. Laurent Wauquiez, qui n'a jamais souhaité mener la bataille, se donne encore quelques semaines, pour dévoiler ses cartes.

En attendant, Laurent Wauquiez n'est pas inactif. Il a récemment entamé une tournée européenne, avec six ou sept pays ciblés, où émerge une droite menée par des quadragénaires. En Grèce, le président des LR a visité un camp de migrants sur l'île de Lesbos, pour dénoncer "une union européenne qui ne s'occupe plus de ses frontières"

La ligne choisie est donc celle d'une droite rajeunie et ferme sur la crise migratoire, mais pour quel résultat ? Plusieurs cadres se sentent pris au piège entre Emmanuel Macron d'un côté, les populistes de l'autre :

Si on pouvait enjamber cette élection on le ferait

Dans l'entourage de Laurent Wauquiez, on admet "ce ne sera pas une étape de reconquête". Le parti vise aujourd'hui entre 12 et 18% des voix. "Le plus important, c'est de montrer qu'il y a toujours un socle à droite". Avec à l'horizon, une échéance que Les Républicains espèrent beaucoup plus favorable : les municipales.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.