France Inter suit les traces d'une députée tout juste élue, et qui découvre ses nouvelles fonctions. Ce lundi, retour sur le séminaire à l'hôtel de Lassay avec Brigitte Liso.

Les députés de la République en marche étaient réunis pendant deux jours en séminaire à huis clos dans la résidence du président de l'Assemblée (Brigitte Liso, deuxième rang, quatrième en partant de la gauche)
Les députés de la République en marche étaient réunis pendant deux jours en séminaire à huis clos dans la résidence du président de l'Assemblée (Brigitte Liso, deuxième rang, quatrième en partant de la gauche) © AFP / Gilles Bassignac

Réunis en huis clos pendant deux jours, les 308 députés élus sous les couleurs de la REM, la République en marche, ont pris leurs marques au Palais Bourbon à Paris. Parmi les nouveaux députés, de nombreux néophytes, comme Brigitte Liso que nous suivons depuis son élection, pour qui le séminaire a pris des airs de week-end d'intégration.

► PRÉCÉDEMMENT | En quête d'une permanence de nouvelle députée

Réunions de travail en petits groupes, raconte la députée, avec "à chaque fois, un ancien". A l'image des tuteurs qui accompagnent les "premières années" dans les écoles, ces députés plus expérimentés peuvent guider les nouveaux, dans les couloirs bien sûr, mais aussi pour les procédures de l'Assemblée. Premier passage obligé, celui de l'élection du président du groupe de la REM, Richard Ferrand.

"Si l'on atterrit dans une commission qui ne nous convient pas, on pourra changer"

L'autre point important à l'ordre du jour : les inscriptions des députés dans les différentes commissions. Mais avec 308 députés élus, il y a comme un embouteillage et la répartition des élus peut s'avérer compliquée ou décevante. Brigitte Liso espère ne pas avoir de mauvaise surprise : "Ce sera tout à fait négociable. Evidemment, si l'on atterrit dans une commission qui nous ne convient pas, on pourra toujours changer".

Les députés de la REM, enfin, ont aussi pu rencontrer les candidats à la présidence de l'Assemblée, pour le moment deux femmes et un homme. Brigitte Liso, qui vient du Nord de la France, a déjà sa préférence : elle souhaite voir une femme au perchoir et donnera son vote à la députée du Pas-de-Calais, Brigitte Bourguignon.

L'élection du président de l'Assemblée nationale aura lieu mardi, à l'ouverture de la session parlementaire. Pour l'heure, en plus de Brigitte Bourguignon, l'ex-députée PS Sophie Errante est candidate, tout comme François de Rugy, mais d'autres députés peuvent encore se présenter.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.