La présence du président français lors de l'Assemblée générale de l'ONU et son opposition indirecte à Donald Trump ont été très remarquées mardi à New York.

Le Président français a tenu à convaincre de l'importance de l'application des accords de Paris sur le climat et s'est opposé, sans le citer, aux positions diplomatiques de Donald Trump
Le Président français a tenu à convaincre de l'importance de l'application des accords de Paris sur le climat et s'est opposé, sans le citer, aux positions diplomatiques de Donald Trump © AFP / Ludovic MARIN

Sans s'y opposer frontalement, Emmanuel Macron a pris mardi le contre-pied de Donald Trump devant l'Assemblée générale de l'ONU. "L'Histoire jugera" a averti le Président français, appelant à la mise en œuvre des accords de Paris et incitant le président américain à revoir sa copie sur les relations entre les États-Unis et la Corée du Nord, mais aussi l'accord nucléaire iranien.

En plaidant pour une solution non-militaire en Corée du Nord et apportant son soutien à l'Iran, Emmanuel Macron mise sur ses bonnes relations avec Donald Trump pour espérer faire entendre raison à son homologue, sur le long terme.

Quelques heures avant, le président américain a tenu à cette même tribune un discours tout sauf pacifique. Donald Trump a ainsi alimenté les tensions verbales avec Pyongyang et menacé la Corée du Nord. Il a aussi dénoncé l'accord avec l'Iran, qu'il estime comme "un des pires" pour les États-Unis. Des propos belliqueux et pas un mot sur le climat.

S'il y a un point sur lequel Emmanuel Macron et Donald Trump se rejoignent, c'est peut-être sur le fonctionnement actuel de l'ONU. Les américains estiment contribuer trop, financièrement parlant, la France veut réformer l'institution, appelant à une ONU "plus efficace", qui "porte les voix oubliées" : "Nous avons besoin de sortir de nos bureaux. Nous avons besoin d'un Conseil de sécurité qui puisse prendre des décisions efficaces et ne pas être enfermé dans un droit de veto quand des atrocités de masses sont commises."

"Ce n'est pas la rue qui gouverne"

Au-delà de l'intervention d'Emmanuel Macron à l'ONU, une autre prise de parole du chef de l'État fait beaucoup réagir, celle de son interview à CNN.

Le président de la République, qui fait parler la presse française par ses silences, a en revanche évoqué longuement la grogne sociale en France et sa baisse de popularité dans les sondages. S'il dit respecter les mouvements sociaux, Emmanuel Macron rappelle aussi qui "gouverne" : "Je crois dans la démocratie, mais la démocratie ce n'est pas la rue"

1 min

Emmanuel Macron sur CNN

Par Grégory Philips

"Si je respecte ceux qui manifestent, je respecte aussi les électeurs français, et ils ont voté pour le changement", insiste le chef de l'État devant la journaliste américaine Christiane Amanpour, réagissant aux manifestations autour de la réforme du code du travail.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.