[scald=110339:sdl_editor_representation]par Bernard Grollier

SAINT-DENIS-DE-LA-REUNION (Reuters) - En visite samedi sur l'île de La Réunion, François Hollande a proposé à l'outre-mer "un développement solidaire" et s'en est pris au "désengagement de l'Etat" auquel a conduit, selon lui, la politique ultramarine de son rival Nicolas Sarkozy.

"Partout en outre-mer, 60% des jeunes sont au chômage", a dénoncé le candidat socialiste à l'élection présidentielle, lors d'un meeting à Saint-Denis. "Si nous ne répondons pas, une rupture se produira, des changement violents nous seront imposés."

En février, le chef-lieu de La Réunion, comme plusieurs autres villes de l'île, a été le théâtre de violences urbaines, sur fond de mécontentement contre le coût de la vie.

Un an jour pour jour après sa déclaration de candidature à l'élection présidentielle, François Hollande a promis samedi soir "un bouclier qualité-prix pour garantir que les produits de première nécessité soient vendus à des prix raisonnables".

Il a également brocardé le "développement endogène", promu par le président de la République pour l'outre-mer : un terme "pas facile à comprendre" qui n'a pas "créé un emploi de plus".

"Aidez-le à partir !", a-t-il lancé à la salle en évoquant Nicolas Sarkozy, attendu à la Réunion dans les prochains jours.

"Je m'attends à tout pendant encore trois semaines, son imagination est sans limite, il inventera n'importe quelle proposition, n'importe quel projet de loi."

François Hollande s'exprimait devant 6 000 personnes, selon les organisateurs qui en espéraient davantage.

L'influent Parti communiste réunionnais, qui dans le semaine a appelé à voter pour le candidat socialiste dès le premier tour, n'avaient envoyé ni ses élus ni ses troupes au meeting où la députée communiste dissidente Huguette Bello, récemment exclue du Parti, a également pris la parole.

Dans une île qui compte près de 600.000 électeurs et où la socialiste Ségolène Royal a réalisé son meilleur score national lors de l'élection présidentielle de 2007 (63,5% au second tour), le député de Corrèze veut rassembler largement à gauche.

"Si vous voulez le changement, faites en sorte que ce soit dès le premier tour", a-t-il lancé à la salle.

Dimanche, lors de sa deuxième journée dans l'océan Indien, François Hollande se rendra à Saint-Louis, commune communiste, puis animera un nouveau meeting à Saint-Joseph, commune socialiste.

Un sondage publié vendredi (sondage Ipsos pour le Journal de l'Île et Réunion Première, réalisé du 20 au 27 mars) le crédite localement de 39% d'intentions de vote au premier tour et de 67% au second.

Edité par Marine Pennetier

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.