Interrogé sur la visite de Marine Le Pen à l'île de Sein, l'entourage d'Emmanuel Macron fait savoir que le général de Gaulle "n’appartient à personne d’autre qu’à la France".

Emmanuel Macron et le prince Charles, le 18 juin 2020 à Londres, à l'occasion du 80e anniversaire de l'appel du général de Gaulle.
Emmanuel Macron et le prince Charles, le 18 juin 2020 à Londres, à l'occasion du 80e anniversaire de l'appel du général de Gaulle. © AFP / Jonathan Brady / POOL / AFP

Le chef de l’Etat espère que cette journée du 18-Juin aura comme vertu de contribuer à "réconcilier les Français". C’était une de ses promesses, il y a trois ans, à son arrivée à l'Élysée. "C’est un chemin qui est très long et qui ne se décrète pas", raconte t-il en petit comité, à Londres : "On ne peut pas réconcilier des citoyens et leur demander d’embrasser l’avenir s'ils ne comprennent pas d’où ils viennent."

D'où viennent-ils, dans son esprit ? D'"un passé glorieux", avec le général de Gaulle comme illustre exemple. L’homme du 18-Juin qu'il a honoré hier à Londres, en compagnie du premier Ministre britannique Boris Johnson, du prince Charles et même de la Reine Elisabeth, que le Président a pu joindre quelques instants. Installé en fin d’après midi dans le bureau de la résidence de l’ambassadrice, près de Hyde Park, il s’est entretenu avec la "Queen" qui reste confinée dans son château de Windsor mais qui a reçu la visite de son fils, pour la première fois en trois mois. 

A quelques proches, le président, qui n’avait pu échanger qu’une poignée de mots avec "sa majesté" jusqu'alors, lors de la cérémonie du 75e anniversaire du débarquement à Portsmouth, a raconté ce "call" qu’il a qualifié d’extrêmement cordial. "Elle prend ses précautions et j’espère la voir bientôt. Elle a pu évoquer ses propres souvenirs du général, en particulier sa visite d’état à Londres en 1960."

"Le général appartient à tous les Français"

Hier, tous ses interlocuteurs ont raconté avec délectation leurs anecdotes, leur secrets de l’homme du 18 juin. Mais Emmanuel Macron ne veut pas que l’on s’approprie sa mémoire, encore moins son héritage. "Le général de Gaulle appartient à tous les Français. Il appartient à notre histoire. Nul n’appartient à personne, surtout quand on est un homme libre. Mais il a fait l’histoire de France. Et il est au cœur de notre Histoire. Celle du XXe siècle. L’histoire militaire, politique et institutionnelle."

Le général n'appartient à personne. Et surtout pas à Marine Le Pen, qui a vécu une visite mouvementée sur l’île de Sein. Persona non grata sur cette île d’où partit en juin 1940, la quasi-totalité des hommes en âge de combattre partis rejoindre les Forces Françaises Libres en Angleterre. Interrogé sur cette visite, le chef de l’Etat, calmement, dégaine : "L’esprit de concorde c’est que chacun, aussi, sache trouver sa juste place dans ce qu’est sa propre histoire, celle des valeurs qu’on transporte." 

Emmanuel Macron va plus loin : "Je pense qu’il faut parfois éviter les provocations si on veut permettre des célébrations apaisées." Si Marine Le Pen est déjà partie en campagne, Emmanuel Macron lui est clairement prêt à remonter sur le ring.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.