TOUT JUSTE ÉLUS (6/10) - Un peu plus d’un mois qu’ils sont aux manettes : France Inter part à la rencontre des nouveaux maires qui font leurs premiers pas. Cinquième épisode à Périgueux (Dordogne), où pour la première fois c’est une femme qui dirige la ville.

Delphine Labails, nouvele maire de Périgueux
Delphine Labails, nouvele maire de Périgueux © Radio France / Corinne Duval

"Enfin, les ennuis commencent !", avait souri François Mitterrand à l'annonce de sa victoire. Or, c'est un peu le sentiment inverse qui a saisi Delphine Labails, devenue en juin dernier la première femme à occuper le fauteuil de maire dans cette ville de 30.000 habitants au cœur du Périgord. Les ennuis, la misogynie, elle les a subis davantage pendant la campagne que depuis son élection.

"Il y avait beaucoup de retours, notamment des autres candidats, disant que les gens ne voteraient jamais pour une femme à Périgueux", raconte celle qui les a finalement tous battus. "Et puis, au fil de la campagne et depuis l’élection, j’ai beaucoup de témoignages, à la fois de femmes et d’hommes, de toutes générations, qui me disent leur plaisir d’avoir vaincu ce plafond de verre qui empêche parfois les femmes d’accéder aux responsabilités."

Des actions concrètes très vite

Mais pas le temps de savourer. L'actualité a vite imposé de premières mesures : actions de prévention contre l'épidémie et la canicule, et surtout soutien aux commerçants, dans cette ville touristique, avec la gratuité totale des parkings en centre-ville. "Ça a un effet d’appel d’air, puisque le stationnement dans les zones commerciales autour de Périgueux est lui-même gratuit. L’idée c’était de rétablir les chances du commerce de centre-ville face au commerce de périphérie."

À 45 ans, Delphine Labails, élue avec le soutien du Parti socialiste et des Verts, ne s'arrête pas là. Elle a aussi décroché la première vice-présidence de la communauté d'agglomération. Un autre poste jusqu'ici toujours détenu par des hommes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.