les proches de françois fillon minimisent ses propos sur le fn
les proches de françois fillon minimisent ses propos sur le fn © reuters

En maintenant sa position pour les municipales, François Fillon a suscité de vives critiques à droite comme à gauche. L'ancien Premier ministre a à nouveau refusé de départager Front national et Parti socialiste, accusant certains élus des deux partis de "sectarisme".

Le leader de "Force républicaine" a provoqué un tollé à gauche et l'embarras à l'UMP en conseillant dimanche dernier de voter "pour le moins sectaire" en cas de duel PS-FN au second tour des élections municipales de 2014.

A ECOUTER: > François Fillon prépare la primaire de 2016, l'analyse de Stéphane Leneuf

Le Front national jubile

la cote de popularité de marine le pen grimpe
la cote de popularité de marine le pen grimpe © reuters

Selon un sondage Ifop pour Atlantico publié samedi, 49% des sympathisants UMP souhaitent que leur parti passe des accords électoraux avec le Front national aux élections locales, soit 2% de plus qu'en mai. Les sympathisants du parti de Marine Le Pen se disent quant à eux favorables à 72% à ce type d'accords lors d'élections municipales, cantonales et régionales, une tendance stable depuis mai.

Depuis l'université d'été de son parti à Marseille, Marine Le Pen a réagi:

Je l'ai entendu pendant de nombreuses années tenir un discours radicalement différent. Il fait de la course automobile, on appelle ça un tête à queue. Il est dans une tactique interne de combat avec M. Copé, ça m'intéresse assez peu. Objectivement, les électeurs de l'UMP comme ceux du PS en ont soupé de consignes de vote données par leurs élites.

A ECOUTER: > Marine Le Pen ironise sur la nouvelle stratégie de François Fillon

"Alerte rouge" à l'UMP, "scandale" à gauche

L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a réagi sur Twitter, estimant que François Fillon créait là une "ligne de fracture".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.