C'est le thème de rentrée pour Jean-Marc Ayrault et ses ministres qui se sont réunis aujourd'hui autour de François Hollande à l’Élysée, pour un séminaire gouvernemental sur la France à l'orée de 2025.

L'image qu'on veut donner est celle d'un gouvernement uni et au travail et une vision idéale de la France de demain

Le gouvernement fait sa rentrée politique aujourd'hui autour d'un thème "la France dans dix ans", dont l'horizon contraste avec les enjeux immédiats auxquels est confronté l'exécutif, comme la réforme pénale ou celle des retraites.

Le chef de l'Etat a promis, devant les ministres, "que des réponses", seront apportées "d'ici à la fin de ce mois" sur les "trois grandes questions" de cette rentrée : le budget 2014, les retraites ainsi que la reprise économique et ses effets "sur l'inversion de la courbe du chômage".

"Nous sommes dans l'action du quotidien et en même temps, nous portons une ambition", a fait valoir le Premier ministre Jean-Marc Ayrault sur le perron du palais présidentiel.

Pour Geneviève Fioraso, avoir une vision à long terme est "la responsabilité du politique". "On a suffisamment reproché aux politiques d'agir toujours dans le court terme et dans le réactif, nous l'avons reproché nous-mêmes à Nicolas Sarkozy, et donc maintenant on ne peut pas nous reprocher d'avoir une vision à terme", a-t-elle dit.

Le reportage de Nasser Madji

"Préparer la France de demain, ne pas céder au pessimisme"

le gouvernement fait sa rentrée avec un seminaire sur "la france de 2025"
le gouvernement fait sa rentrée avec un seminaire sur "la france de 2025" © reuters

Le message a été porté tout l'été par François Hollande, à charge pour les ministres d'accompagner la parole présidentielle en rédigeant pour cette rentrée gouvernementale quelques feuillets sur leur vision de la France dans 10 ans. Le résultat comme l'a révélé le Point laisse songeur.

Pierrre Moscovici imagine le plein emploi, Cécile Duflot des logement moins chers et Christiane Taubira une solution définitive aux problème de surpopulation carcérale.

Ce matin c'était donc au tour de l'économiste Jean Pisany Ferry de rendre un premier diganostic sur les grandes mutations des prochaines années.

Le commissaire général à la stratégie et à la prospective a présenté la perspective d'une France "plus vieille, plus petite, moins riche" mais "qui ne manquera pas d'atouts". Selon Jean Pisani-Ferry elle "sera mieux formée, encore excellemment équipée et potentiellement attractive". Elle sera aussi "plus urbaine" et "offrira davantage d'emplois qualifiés".

"L'Europe dans 10 ans apparaît avec moins de netteté", estime le commissaire général qui souligne que "pour la première fois en cinquante ans, elle est facteur d'incertitude plutôt que de stabilité". "Une responsabilité particulièrement lourde pèse ainsi sur notre pays", insiste-t-il.

Pour faire de l’écologie, il fait renégocier la PAC à Bruxelles ; pour les transports aussi il faut aussi travailler au niveau européen

Pour Thierry Gaudin, ingénieur polytechnicien, Président de Prospectives 2100, auteur notamment du Que sais-je Prospective , et de l'impératif du vivant, notre avenir doit prendre en compte l'europe, que l'on parle numérique, écologie ou les transports

Thierry Gaudin répond à Patrick Boyer

L'opposition raille l'initiative de François Hollande

L'opposition de droite voit dans le thème choisi par le gouvernement une opération de communication visant notamment à masquer les désaccords entre ministres, notamment Manuel Valls et Christiane Taubira sur la réforme pénale.

"Sur la forme, c'est une grosse ficelle de communication un peu éculée pour laisser croire que le gouvernement travaille. Sur le fond, il est sans doute préférable que les ministres parlent de 2025 plutôt que de leurs désaccords actuels", déclare le député UMP Eric Ciotti au Figaro.

Le vice-président de l'UMP Laurent Wauquiez a dénoncé dimanche le caractère "surréaliste" du séminaire gouvernemental, au vu des "difficultés actuelles", lors de sa rentrée politique marquée par l'ascension du mont Mézenc, sur ses terres de Haute-Loire.

On est dans la comm dérisoire

Pour le député UMP des Alpes Maritimes Lionel Luca, ce sont ceux qui critiquaient la comm de Nicolas Sarkozy ui n'arrêten pas d'en faire alors qu'n n'a aucune idée de ec que notre monde sera dans dox ans

Lionel Luca, avec Marc Fauvelle

Nous on ne regarde pas dans le retroviseur

La porte parole du gouvernement a répondu aux amabilités de l'opposition. Selon Najat Vallaud-Belkacem, le gouvernement ne passe pas son temps à scruter la décénie passée, celle de Nicolas Sarkozy.

Najat Vallaud-Belkacem

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.