l'ump contre un éventuel report des élections régionales et départementales
l'ump contre un éventuel report des élections régionales et départementales © reuters

La réforme territoriale, dont l'examen reprend ce lundi, ne sera définitivement adoptée qu'en juin, bien après les élections départementales. Et voter pour des candidats dont on ne connait pas les pouvoirs exacts, c'est inédit dans la Vème République...

Les députés reprennent ce matin l'examen de la réforme territoriale du gouvernement. Objectif du texte : clarifier les compétences des régions et des départements, alors même que la campagne pour les élections départementales bat son plein. Mais une campagne pour quoi ? On ne le sait pas encore très bien.

Pour l'UMP, c'est même un véritable scandale. Ce flou autour des compétences du département, c'est éloigner encore un peu plus les Français des urnes pour les élections à venir, selon l'opposition.

Eric Doligé, sénateur et responsable des élections départementales à l'UMP, dénonce ce flou

Le changement dans la continuité ?

Côté socialiste, on temporise : en fait, si l'on en croit un élu PS, cette réforme territoriale est une réforme a minima. La mission de départ de Manuel Valls était de simplifier le fameux "millefeuille" en supprimant les départements... Avant de faire marche arrière : de suppression, il n'est plus du tout question.Du coup, les départements vont rester ce qu'ils étaient, l'échelon de la solidarité. Ce sont eux qui continueront de verser le RSA, l'aide à la petite enfance et aux personnes handicapés. Ils continueront à construire les collèges et les routes.En revanche, le Parlement doit encore dire qui des régions ou des départements s'occupera du tourisme, des transports scolaires, des ports ou encore des ordures.Pour les candidats, tout ça rend l'écriture d'un programme bien moins évident que prévu...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.