Depuis les Européennes, La République en Marche lance son opération séduction vers les maires LR en vue des municipales. Dans les Hauts-de-Seine, trois maires ont quitté Les Républicains en début de semaine. C'est le cas à Saint-Cloud, où le maire Eric Berdoati n'entend pas non plus rejoindre le parti présidentiel.

Hôtel de Ville de Saint-Cloud
Hôtel de Ville de Saint-Cloud © Maxppp / Franck Renoir

À Saint-Cloud, La République en Marche a conquis 42,45% des votants aux européennes, contre 17,42% seulement pour Les Républicains. Un score historiquement bas pour le parti, alors quitter Les Républicains, est-ce une forme d'opportunisme politique ? Le maire Eric Berdoati s'en défend. "Ça serait vrai si j'avais été adhérent à Agir ou à La République en Marche, or ce n'est pas le choix que j'ai fait. Moi j'ai fait un choix de liberté. Que veulent les Clodoaldiens (les habitants de Saint-Cloud, NDLR) ? Ils veulent un maire qui soit un élu local et qui s'occupe de leurs problèmes."

Désormais sans étiquette, il pourrait trouver face à lui en 2020, lors des municipales, à la fois un candidat du parti présidentiel et un candidat LR. "C'est possible", répond Eric Berdoati. "Mais aujourd'hui déjà ma majorité municipale n'est pas une majorité LR ! Il y a des non-inscrits, des UDI, il y a même quelqu'un qui est En Marche depuis l'élection d'Emmanuel Macron, et il n'y a aucune raison de l'exclure, on ne travaille pas comme ça !"

Le maire de Saint-Cloud joue la carte de l'ouverture, une manière aussi de dissuader les deux partis de présenter des candidats face à lui l'an prochain.

Qu'en pensent les Clodoaldiens ?

Le représentant des adhérents LR dans la ville Patrick Gaillard va jusqu'à soutenir l'initiative de son maire, dont il est très proche politiquement, même s'il place une -petite- limite partisane : "Si un candidat LR voit le jour à Saint-Cloud, je le soutiendrai, mais M. Berdoati a été pendant de nombreuses années attaché à sa famille politique, et ce n'est pas le genre à renier sa façon de penser. "

Les habitants de Saint-Cloud interrogés sont quant à eux, pour la plupart, indifférents au choix d'Eric Berdoati, mais certains vont même jusqu'à soutenir la démarche.

"Moi, qu'il soit Les Républicains ou pas, ça m'est égal. Je voterai quand même pour lui en 2020, avec ou sans étiquette" - Colette

"Après les élections, peut-être qu'il a fait le bon choix ! Parce qu'il sait ce qu'il fait, quand même..." - Lucie

Quelle idée de la droite chez Les Républicains ?

C'est aussi ce qui a accéléré le choix d'Eric Berdoati : l'impression que son parti était sans idées et incapable de renouer avec le concept de "droite populaire" : "_C'était une droite qui parlait aux gens, la '_droite sortie de métro' comme disait le Général de Gaulle. On ne peut plus se rétrécir dans un mouvement qui ne correspond pas à ce qu'a été la droite pendant très longtemps et qui en a fait son succès !"

Le maire de Saint-Cloud l'assure, il s'interdira désormais de commenter les querelles de son ancien parti, pour mieux se concentrer sur sa ville.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.