Le parti de Jean-Luc Mélenchon a réalisé une consultation auprès de ses militants leur proposant de se prononcer au sujet du deuxième tour de l'élection présidentielle.

Les mélenchonistes-abstentionnistes, refusent de porter la responsabilité de la victoire du FN à l'élection présidentielle.
Les mélenchonistes-abstentionnistes, refusent de porter la responsabilité de la victoire du FN à l'élection présidentielle. © AFP / Denis Prezat

C'est une consultation très symbolique, puisqu'elle ne représente que 3,5 % des sept millions d'électeurs qui ont choisi Jean-Luc Mélenchon au premier tour de la présidentielle. Les Insoumis ont voté pendant une semaine par consultation pour savoir ce qu'il serait préférable de faire au second tour de l'élection présidentielle. Les militants avaient le choix entre voter Emmanuel Macron, voter blanc ou s'abstenir.

Consultation symbolique

243 128 militants de la France Insoumise se sont exprimés sur le second tour en manifestant leur choix, selon un communiqué du mouvement.

Dans cette consultation, 36,12% sont pour un vote blanc ou nul, 29,05% en faveur d'une abstention, 34,83% pour un vote Emmanuel Macron.

Pas de consigne de vote, le FN n'est pas une option

"Il ne s'agissait pas de déterminer une consigne de vote mais d'organiser la prise de parole des insoumis au sujet de leurs choix de second tour. Étant donné l'attachement profond de la France insoumise aux principes d'égalité, de liberté et de fraternité, le vote Front National ne constituait pas une option de la consultation", précise le même communiqué.

De son côté, Jean-Luc Mélenchon a refusé de se prononcer sur son intention de vote au second tour. Le candidat à l'élection présidentielle de ce mouvement arrivé en quatrième position avec 19% des suffrages avait déclaré : "je ne voterai pas Front national".

Il avait aussi demandé à Emmanuel Macron de faire un "geste" en retirant son idée de réforme du travail.

Le candidat d'En Marche a refusé estimant ne pas avoir à trahir ceux qui ont voté pour lui et pour son projet. Il a en revanche pris acte que : "beaucoup vont voter pour moi pour préserver le cadre démocratique".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.