François Fillon continue à faire monter la tension autour de ses ennuis judiciaires, et d'un éventuel "cabinet noir" de l'Elysée. Jusqu'où peut-il aller ?

Nouvelle charge de François Fillon sur un cabinet noir à l'Elysée
Nouvelle charge de François Fillon sur un cabinet noir à l'Elysée © AFP / Christophe ARCHAMBAULT

Jeudi matin sur France inter, le candidat de la droite à l'élection présidentielle annonçait qu'il allait poursuivre les personnes à l'origine des révélations du Canard enchaîné, sur les possibles emplois fictifs de sa femme et de ses enfants. Le 23 mars dernier, le candidat Les Républicains avait déjà accusé François Hollande d'être à la tête d'un "cabinet noir" exploitant les affaires judiciaires contre lui.

Jeudi sur France Inter, il est allé encore plus loin, en affirmant :

J'ai les dates, les jours, les personnes qui ont communiqué les documents. Le moment venu je poursuivrai tous ceux qui sont à l'origine de cette affaire

La réaction de Louis-Marie Horeau, journaliste au Canard enchainé (au micro de Corinne Audouin) :

Ma première réaction, c'est de rigoler franchement. Il aura tout inventé (...) Peut-on juste imaginer que des journalistes travaillent ?

Selon François Fillon, les documents viendraient "d'un service de l'Etat". Au-delà de la contre-attaque médiatique, François Fillon peut-il vraiment poursuivre en justice les informateurs du Canard enchaîné ?

Quand portera-t-il plainte ?

Lorsque l'on tente de savoir quand les plaintes annoncées par François Fillon seront déposées, c'est l'embarras qui pointe dans l'entourage du candidat. Visiblement, cette nouvelle salve d'accusations n'était pas prévue, et les plaintes évoquées n'étaient pas encore à l'ordre du jour.

Si François Fillon est élu président, la tradition républicaine voudrait qu'il n'intente pas d'action en justice, même s'il en a légalement le droit. La Cour de cassation avait tranché la question en 2008, quand Nicolas Sarkozy s'était constitué partie civile dans une affaire d'escroquerie portant sur une centaine d'euros.

François Fillon pourrait-il poursuivre François Hollande ?

Pas pour des faits commis dans le cadre du mandat de François Hollande : le Président de la République bénéficie d'une immunité. Les poursuites ne pourraient donc concerner que d'éventuels collaborateurs indélicats ou des fonctionnaires susceptibles d’avoir des informations sur le candidat.

Quelles plaintes pourrait-il déposer ?

On peut imaginer des chefs de collecte frauduleuse de données, de violation du secret professionnel . Si un "cabinet noir" a effectivement cherché des informations sur le candidat en utilisant des services de l'Etat (par exemple l'administration fiscale) avant de les transmettre à la presse. En tout état de cause, l'infraction de dénonciation calomnieuse ne semblerait pas pouvoir être retenue : les faits révélés par le Canard enchaîné ne sont pas contestés par François Fillon.

► ALLER PLUS LOIN | Cabinet noir de l'Elysée : le coup préparé de François Fillon

► VOIR | François Fillon sur France Inter"ceux qui sont à l'origine de cette affaire ne dormiront pas bien à l'avenir"

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.