Une nouvelle plainte vient s'ajouter aux trois précédentes dans l'affaire d'agressions sexuelles qui touche Denis Baupin. Véronique Haché, directrice d'Autolib à Paris, raconte.

Denis Beaupin en mai 2015
Denis Beaupin en mai 2015 © AFP / CITIZENSIDE / AURÉLIEN MORISSARD /

Denis Baupin, député Europe Écologie Les Verts, est poursuivi dans le cadre d'une enquête préliminaire pour harcèlement sexuel, agressions sexuelles et appels téléphoniques malveillants. Les faits sont prescrits mais "ce n’est pas à moi de m’autocensurer", explique l’ancienne conseillère municipale transports de la ville de Paris, Véronique Haché. Elle a porté plainte en juin dernier contre Denis Baupin. C'est donc le quatorzième témoignage que Cyril Graziani de France Inter et le site Mediapart recueillent dans le cadre de cette affaire.

Pour Véronique Haché, les faits remontent à 2004. Elle était conseillère transports de Bertrand Delanoë et devait travailler avec Denis Baupin, élu en charge de ce dossier. Un jour de juillet, il entre dans son bureau et propose à plusieurs reprises d'avoir une relation sexuelle. Choquée, elle n'en parle à personne. C'est la ligne de défense de Denis Baupin au cours de cette enquête qui a décidé Véronique Haché à porter plainte. Il prétend qu'il ne s'agit que de libertinage.

Le sujet du libertinage c'est une façon de renvoyer aux femmes une image d'elles négative, sur le thème "tu n'es pas assez intelligente pour comprendre ce que je veux faire"...On m'a demandé de prendre conscience des conséquences de mon témoignage. On renvoie toujours aux femmes la responsabilité de la prise de parole. Je pense que le vrai sujet aujourd'hui c'est de savoir quels sont les outils qui sont mis à la disposition des femmes pour qu'elles puissent parler. je crois qu'il faut y aller, qu'on se serre les coudes et que l'on réclame les dispositifs qui nous permettent de témoigner  (Véronique Haché).

►►►ÉCOUTEZ LE TÉMOIGNAGE DE VÉRONIQUE HACHÉ

Précédemment trois responsables écologistes, la députée Isabelle Attard, l'adjointe au maire du Mans Elen Debost et la secrétaire nationale adjointe d'Europe Écologie Les Verts Sandrine Rousseau avaient déjà annoncé avoir porté plainte pour harcèlement sexuel ou agression sexuelle.

Véronique Haché a imaginé il y a un an une application mobile qui permet, par un système de géolocalisation, de témoigner de faits de harcèlement ou d'agressions. Pour l'instant aucune des entreprises démarchées n'a souhaité développer ce système.

Denis Baupin a démissionné de la vice-présidence de l'Assemblée nationale. Il nie les faits, et aurait conservé des SMS dans son téléphone portable prouvant sa version. Pour l'instant, la justice agit dans le cadre d'une enquête préliminaire, qui donnera lieu soit à un renvoi en correctionnelle, soit à l'ouverture d'une information judiciaire, soit à un classement sans suite.

►►► L'AFFAIRE BAUPIN ||

Le 9 mai 2016 : Des femmes dénoncent des faits de harcèlement et d'agression sexuelle de la part du vice-président écologiste de l'Assemblée

Le 30 mai 2016 : Cinq nouvelles femmes témoignent

►►► ALLER PLUS LOIN || Le téléphone sonne - Du sexisme au harcèlement sexuel : les dérives

►►► ALLER PLUS LOIN || Le rendez-vous du médiateur sur Denis Baupin

►►► ALLER PLUS LOIN || Le rendez-vous du médiateur - Affaire Baupin : manipulations ?

►►► ALLER PLUS LOIN || Harcèlement et agressions sexuelles en politique : le règne de l’omerta

►►► ALLER PLUS LOIN || La mécanique médiatique : l’affaire Denis Baupin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.