Nicolas Sarkozy dans l'Yonne
Nicolas Sarkozy dans l'Yonne © Jean Claude Francolon/SIPA

En pleine crise agricole, Nicolas Sarkozy a fait sa rentrée politique mercredi dans l'Yonne. Le président de Les Républicains a plaidé pour "une baisse massive des charges et une remise en cause des normes françaises et européennes".

Après la visite d'une exploitation agricole à Saint-Privé, l'ex-chef de l'Etat, accompagné du patron des députés LR Christian Jacob, par ailleurs ex-président du Centre national des jeunes agriculteurs, et de plusieurs élus est allé à la rencontre de plusieurs représentants de la profession, qui ont exposé sans ménagement leurs doléances.

Pour les agriculteurs confrontés à un été extrèmement sec et surtout aux conséquences de l'embargo russe qui fait baisser les prix, les charges sont en hausse, les normes trop nombreuses, notamment celles issues du Grenelle de l'environnement, organisé sous le quinquennat Sarkozy, sont autant de problèmes.

"Le métier d'agriculteur a un potentiel exceptionnel"

Devant une douzaine d'agricultteurs sceptiques, Nicolas Sarkozy a vanté sa méthode et son modèle. Pour le président de Les Républicains la première mesure à prendre est de "baisser massivement les charges. Il faut réinventer un système à bout de souffle", alors que la crise agricole est là pour "durer". "Ce n'est pas une crise conjoncturelle, c'est une crise structurelle", a-t-il martelé.

Nicolas Sarkozy

Piqué au vif par les questions des agriculteurs, Nicolas Sarkozy a mis en cause sa propre gestion du Grenelle de l'environnement. Il aurait "dû être plus attentif" a-t-il dit car "Ils ont été trop loin".

Mais selon lui c'est bien le gouvernement qui est responsable de la situation actuelle : "Qui a fait alliance avec les écolos ? Pas nous", a-t-il martelé, taclant "la volonté de détruire" de "M. Hollande" -qui a supprimé la TVA sociale votée à la fin de son quinquennat et qui aurait "fait baisser les charges"- ou encore le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, qualifié d'"intermittent de l'agriculture".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.