Alexandra de Taddeo est une étudiante de 29 ans passionnée par la culture russe. Elle venait de finir un stage au département éducation de l'Unesco, à Paris. Depuis vendredi, tout le monde cherche à comprendre son rôle exact, encore très flou, dans l’affaire Griveaux. Selon ses parents, elle n’est "pas une anarchiste"

Alexandra de Taddeo, ici photographiée en compagnie de Piotr Pavlenski et Juan Branco
Alexandra de Taddeo, ici photographiée en compagnie de Piotr Pavlenski et Juan Branco © DR

Piotr Pavlenski et sa compagne Alexandra de Taddeo ont été déférés lundi au parquet, à l'issue de leur garde à vue. L'enquête va être confiée à un juge. Tous les deux étaient en garde à vue depuis samedi dans l'enquête sur la diffusion de vidéos intimes ayant poussé Benjamin Griveaux à retirer sa candidature à la mairie de Paris. 

Selon le parisien, Alexandra de Taddeo aurait expliqué aux enquêteurs que les vidéos pornographiques lui avaient bien été envoyées par Benjamin Griveaux avec lequel elle avait eu une liaison. Réfugié politique en France depuis 2017, son compagnon Piotr Pavlenski a affirmé vendredi être à l'origine de la mise en ligne des vidéos intimes, assurant vouloir dénoncer l'"hypocrisie" de Benjamin Griveaux.

Elle dit tout ignorer de la manière dont ces images se sont retrouvées en sa possession et ne pas avoir pris part à leur mise en ligne. "Elle ne se désolidarise cependant pas de son initiative visant à dénoncer ce qu'elle considère comme de l'hypocrisie de certains hommes politiques qui mettent publiquement en avant leur couple, tout en ayant un comportement différent en privé", indique Le Parisien.

Une étudiante de 29 ans passionnée par la radio...

Alexandra de Taddeo est une étudiante de 29 ans, selon son père interrogé par franceinfo. Son profil LinkedIn, désormais inaccessible, indiquait qu’elle était titulaire d’un master en droit international public, d’un autre en gouvernance et action internationale. Le Parisien confirme qu’elle a effectué deux M2 en parallèle à Paris II-Assas et à Sciences Po Toulouse. Ce même profil Linkedin attestait de quatre années d’études effectuées plus tôt à l’Efap, une école de communication à Paris.

Sur le site de Paris II, elle figure en tant que présidente de l’association étudiante “Assas Radio”. Ayant manifestement une appétence marquée pour la radio, c'est dans ce cadre là qu'elle a invité Gaspard Gantzer, candidat à la mairie de Paris, à participer à une émission, selon Le Monde.  

Elle a aussi effectué plusieurs stages : le dernier en date, "non rémunéré", à l’Unesco de juin à décembre 2019, comme nous l'a confirmé l’institution internationale basée à Paris. Elle était affectée au "secteur de l’éducation". De février à juin 2019, elle a également effectué un stage à l’Alliance des avocats pour les droits de l’Homme.

...et par la Russie

Selon le site internet, “adetaddeo.work”, qui semble être sa page personnelle, elle est l'autrice d’un mémoire intitulé “La politique étrangère de la Fédération de Russie à l'égard de l'Arctique : coopération internationale et intérêts nationaux en synergie”, rédigé sous la direction du professeur Yves Surel qui enseigne les sciences politiques à Paris-II. Sur ce même site, on trouve les photos de ce qui semble être un voyage dans les terres glacées, en Norvège selon les recherches d'un internaute*, en mars 2019.

Outre son mémoire consacré à la politique russe à l’égard de l’Arctique, elle anime en 2017 une émission nommée Diorama sur la radio Fréquence Protestante. Il en reste aujourd'hui peu de traces sur le site de la radio associative : trois émissions à réécouter, dont deux consacrées à la culture russe.

L'une d'elles, diffusée le 31 janvier 2017, est consacrée à l'art contemporain russe. Avec la galeriste Liza Fetissova. Il y est question de l'âme russe et de la pluralité de la Russie... 

Sa relation avec Piotr Pavlenski

Dans une autre de ces émissions, diffusée le 30 mai, et dont l'invité est le diplomate Alexandre Makogonov, elle évoque celui qui deviendra son compagnon, en affirmant que ces artistes contestataires ont plus de visibilité que ceux qui soutiennent le régime russe. “Pour un occidental, il est plus facile d'avoir des informations qui sont contestataires vis-à-vis du régime russe. Par exemple, on parle beaucoup des actions des Pussy Riot ou de Piotr Pavlenski, alors que vous avez choisi Valery Gergiev [un chef d'orchestre russe qui a joué à Palmyre, en Syrie, ndlr], qui soutient fermement la politique russe”, dit-elle. 

Mi-2019, elle signe un texte intitulé “L'art d'être juste” dans une revue de poésie aux Presses du Réel. Il y est question du procès de Piotr Pavlenski du 10 janvier 2019 au TGI de Paris, comme l’indique son site. Avec celui qu’elle appelle son “amour”, Piotr Pavlenski, ils auraient eu une courte correspondance avec Julian Assange. Ce dernier aurait répondu à leur lettre en les remerciant de se battre pour sa liberté.

Elle a également contribué au site pornopolitique.com, créé par Piotr Pavlenski, où les vidéos intimes du candidat à la mairie de Paris ont été initialement publiées. Elle y signe une interview de l'actrice Cicciolina.

Pour les parents de la jeune femme, leur fille a subi une forme d'influence aux cotés de Piotr Pavlenski. "Soit elle est inconsciente, soit elle s'est fait manipuler", affirment-ils à franceinfo. Les parents assurent avoir eu leur fille quelques minutes au téléphone avant sa garde à vue. "Elle n'était pas bien", mais ils l'ont assurée de leur soutien.

Anarchiste ? 

Selon l'avocat Juan Branco, qui est un ami de Piotr Pavlenski, et qui apparaît aux cotés d'Alexandra de Taddeo sur plusieurs clichés postés sur les réseaux sociaux, les deux formaient "un couple anarchiste". Une affirmation réfutée par le père de la jeune femme : elle "est loin d'être une anarchiste"

On retrouve d'ailleurs la trace d’Alexandra de Taddeo dans la promotion Simone Veil (2018-2019) du Conseil parisien de la jeunesse, une instance de démocratie participative lancée par l'exécutif parisien. Le trombinoscope, en ligne sur le site de la ville de Paris, présente Alexandra de Taddeo comme étudiante, habitante du XVIe arrondissement de la capitale. 

Ses rencontres avec Juan Branco

Une photo, publiée par Alexandre Benalla sur son compte Twitter, la montre aux côtés de Piotr Pavlenski et de Juan Branco.

Cette photo est issue d’une publication datée du 19 décembre 2019  sur le compte de Stéphane Chantry, directeur d'une revue, qui évoque une “très riche soirée d’échanges, de partages avec Petr Pavlenski, Juan Branco, Alexandra De Taddeo”. Cette soirée pourrait avoir fait suite à une conférence donnée le 18 décembre par l'activiste russe à l'université Paris II Panthéon-Assas, où Alexandra de Taddeo étudie.

L'avocat Juan Branco s'est dit fier sur son compte Facebook "d'avoir défendu Piotr Pavlenski et sa compagne et tenté de les protéger de l'aventure délirante dans laquelle ils ont décidé, seuls, de se lancer il y a quelques semaines". Il affirme cependant ne pas avoir "participé à l'élaboration de ce geste, ni même relayé cette vidéo, contrairement à ce qui a été insinué à tort.“

Sa présence sur les réseaux sociaux

Sur Internet, Alexandra de Taddeo a fait disparaître sa trace en quelques heures : plusieurs interviews vidéo qu'elle avait menées, diffusées sur YouTube, ont disparu. Son profil LinkedIn, qui indiquait son parcours et ses stages est aussi désactivé. Alexandra de Taddeo a également, selon nos vérifications, mis en veille son profil Facebook et son profil Instagram est en mode privé.

Un compte Twitter porte son nom (@aledteo), ainsi que la même photo de profil que l’on retrouve en page d’accueil de son site. Créé en janvier 2020, il n’a publié que deux tweets, en réponse à un message d’Alexandre Benalla : “Diffamation, et je ne suis pas de gauche - baltringue”. Difficile toutefois de savoir si elle est bien la personne derrière ce compte.

*Au départ, nous avions écrit simplement "en terres glacées", car nous n'avons pas voulu nous prononcer sur l'endroit précis, ne disposant pas de cette information. Certains internautes ont estimé, à juste titre, que cela prêtait à confusion.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.