Le gouvernement fait sa rentrée aujourd'hui, mercredi 22 août. Et parmi les nombreuses affaires qu'il va retrouver, celle d'Alexandre Benalla, survenue au beau milieu de l'été. Elle n'est pas encore bouclée, loin de là. Et les auditions de la commission d'enquête devraient reprendre du côté du Sénat cette fois-ci.

Alexandre Benalla, le 16 juillet, à côté de l'avion transportant l'équipe de France de football à son retour de la Coupe du monde, en Russie.
Alexandre Benalla, le 16 juillet, à côté de l'avion transportant l'équipe de France de football à son retour de la Coupe du monde, en Russie. © AFP / THOMAS SAMSON

La commission d'enquête de l'Assemblée nationale - que l'opposition a quitté avec fracas - s'est dissoute sans pouvoir rendre de rapport sur le cas d'Alexandre Benalla. Le Sénat de son côté n'en a pas encore fini avec cette affaire. L'idée qu'Alexandre Benalla soit auditionné par les sénateurs plane donc toujours au-dessus de sa tête. Mais pour l’heure aucun calendrier précis n'a été défini. 

L'ex-chargé de mission de l'Élysée est mis en examen notamment pour violences en réunion et immixtion dans l'exercice d'une fonction publique. Cela pose donc un problème de séparation des pouvoirs

Galaxie des personnes présumées impliquées dans l'affaire Benalla.
Galaxie des personnes présumées impliquées dans l'affaire Benalla. © AFP / SABRINA BLANCHARD, MARYAM EL HAMOUCHI

Alexandre Benalla prêt à répondre aux questions

Mais au Sénat ce n'est pas nouveau. En 2013, Jérôme Cahuzac avait été entendu par une commission d’enquête parlementaire sur son affaire de fraude fiscale. Plus anciennement, en 1999, l'ancien préfet de Corse Bernard Bonnet avait lui aussi été entendu, à huis-clos, pendant près de trois heures, par les membres de la commission d'enquête sénatoriale sur les forces de sécurité en Corse, créées après l'incendie de la paillote Chez Francis, près d'Ajaccio. 

Pour en revenir à Alexandre Benalla, il s'est d'ailleurs dit prêt à répondre aux questions des parlementaires. L'exercice, s'il a lieu, relèvera du travail d'équilibriste, pour respecter le secret de l'instruction.

Car, en effet, l'enquête judiciaire ouverte par le parquet de Paris se poursuit également envers Alexandre Benalla, son acolyte Vincent Crase, et les trois policiers mis en examen pour détournement d'images. 

Les juges entendront en septembre pour la première fois les parties civiles, notamment le couple de la place de la Contrescarpe. La vidéo de leur interpellation musclée le 1er mai dernier est le point de départ de toute l'affaire.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.