Yamina Benguigui dément toute "fraude" ou "enrichissement personnel"
Yamina Benguigui dément toute "fraude" ou "enrichissement personnel" © MaxPPP

La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, a demandé à la ministre déléguée à la Francophonie Yamina Benguigui de démissionner du Conseil de Paris. Cette dernière aurait menti sur sa déclaration de patrimoine. L’intéressée dément formellement.

Eteindre le feu, à tout prix, avant l’incendie : c’est probablement ce qui a précipité Anne Hidalgo, fraichement élue maire de Paris, à réclamer la démission de YaminaBenguigui, réélue dimanche conseillère socialiste de Paris dans le Xe arrondissement.

La conseillère de Paris dément formellement

Cette décision intervient, alors que la Haute Autorité pour la Tansparence de la vie publique a annoncé avoir relevé "un doute sérieux quant à l'exhaustivité, l'exactitude et la sincérité " des déclarations de son patrimoine. La ministre déléguée à la Francophonie est accusée par Marianne et Le Canard enchaîné d'avoir menti sur sa déclaration de patrimoine, ce qu'elle a "démenti formellement ".

Trois ans de prison, dix ans d’inéligibilité

Le parquet a été saisi par la Haute autorité : selon la nouvelle loi sur la transparence de la vie politique, adoptée en octobre 2013, ces "manquements " sont susceptibles d'être punis de trois ans de prison, 45.000 euros d'amende et dix ans d'inéligibilité. Il est reproché à la ministre d'avoir omis de déclarer qu'elle était depuis 2005 copropriétaire d'une société anonyme de droit belge, G2. Cette holding est actionnaire à 99% de sa société de production Bandits productions. Yamina Benguigui aurait même dû déclarer ses parts dès 2008 quand elle est devenue adjointe à la mairie de Paris, mais cela n'était pas un délit à l'époque.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.