Manuel Valls
Manuel Valls © REUTERS/Georges Gobet/Pool / REUTERS/Georges Gobet/Pool

Le Premier ministre entame ce jeudi une visite au Mali, avant de se rendre samedi au Burkina Faso, deux pays frappés par des attentats meurtriers. Manuel Valls, accompagné du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, doit aussi rencontrer les troupes françaises sur place.

Le Burkina Faso et le Mali ont tous deux été victimes d'attaques terroristes récentes . A Ouagadougou, capitale burkinabé, trente personnes ont été tuées le 15 janvier dernier. A Bamako, un attentat a fait vingt victime en novembre dernier. Selon son entourage, Manuel Valls doit "assurer de la permanence du soutien de la France " à ces deux pays. Au menu de son déplacement : une rencontre avec le président malien Ibrahim Boubakar Keïta, et le président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré.

Selon Matignon, Manuel Valls devrait aussi exprimer sa "reconnaissance à tous ceux, membres des forces de sécurité comme des services de secours, civils, représentants de la France et de la communauté internationale qui ont participé à la gestion de la crise et s'investissent au quotidien pour porter assistance aux gouvernements et peuples de la région".

Une rencontre avec les communautés françaises au Mali et au Burkina sont prévues, ainsi qu'un hommage rendu aux victimes françaises de l'attentat d'Ouagadougou. "La France est extrêmement attendue, cette visite a une dimension militaire et une dimension développement", ajoute l'entourage du Premier ministre, rappelant que l'aide au développement annuelle de la France au Sahel s'élève à 500 millions d'euros.

Rencontre avec les soldats de l'opération Barkhane

Côté militaire, Manuel Valls se rendra à Gao, la plus grande ville dans le nord du Mali où sont stationnées des troupes françaises de l'opération Barkhane , engagée contre les groupes armés islamistes au Sahel. Elle mobilise 3.500 hommes , et s'étend sur une zone couvrant cinq pays: Mauritanie, Mali, Niger, Tchad et Burkina Faso. Elle est dirigée depuis un poste de commandement unique stationné à N'Djamena, au Tchad. Une partie importante de l'action consiste en un travail de renseignements sur le terrain, afin de contenir la menace jihadiste.

Un hommage aux casques bleus tués à Kidal

A Gao, le premier ministre doit participer à un hommage aux sept casques bleus tués lors d'une attaque meurtrière à Kidal vendredi dernier, et revendiquée par le groupe jihadiste malien, Ansar Dine. Parallèlement, Manuel Valls doit rencontrer à Bamako vendredi le commandant de la mission de formation de l'Union européenne au Mali et le chef de la Minusma, laforce onusienne venue renforcer l'armée malienne.

En novembre 2014, Manuel Valls s'était rendu au Tchad et au Niger, où il avait rencontré les troupes françaises

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.