Les élus et les militants se réunissent ce samedi à Paris pour tenter de poser les bases d'une reconstruction du Parti socialiste. Et ils partent de loin...

Image d'illustration.
Image d'illustration. © Maxppp / Vincent Isore

Le Parti socialiste va-t-il renaître de ses cendres ? Ces dernières semaines, certains leaders ont quitté le navire, à l'image de Benoît Hamon et de Manuel Valls, les deux finalistes de la primaire en vue de l'élection présidentielle. Le PS se cherche des chefs. Par ailleurs, de nombreux militants socialistes ont claqué également la porte. Le PS organise ce samedi une réunion à huis-clos à Paris, pour tenter de poser les bases de la reconstruction.

Une hémorragie de militants et d'élus

Après les élections législatives de 2012, le PS comptait 295 élus à l'Assemblée nationale. En 2017 il n'y en plus que 28. L'ancien premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis tablait avant la campagne des élections législatives sur 500 000 adhérents, ils ne sont plus que 86 000 à jour de leurs cotisations. Le PS se vide, il y a donc urgence.

Une direction provisoire collégiale

Les éléphants du parti sont abonnés absents. L'idée est donc de mettre en place une direction provisoire collégiale, avec au moins trois chefs. Des noms circulent, ceux d'anciens ministres battus aux législatives comme Matthias Fekl ou Najat Vallaud Belkacem, ou encore le député-maire d'Alfortville Luc Carvounas qui s'est déclaré officiellement candidat. Mais il faudra compter avec des têtes nouvelles.

Quelle idéologie ?

L'objectif est également de déterminer une feuille de route, et de clarifier la position idéologique du PS. À droite, la position a été actée avec le départ de Manuel Valls. Le PS est un parti d'opposition. En revanche, la position de l'aile gauche du PS est plus ambiguë, et certains se sentent proches de Jean-Luc Mélenchon ou de Benoît Hamon.

Un Congrès se tiendra en février pour acter la refondation d'un nouveau parti sur le modèle du congrès d'Epinay. En 1969, François Mitterrand était parvenu à fédérer les gauches et avait attiré les communistes avec le programme commun. Cette fois, le PS pourrait s'orienter vers la sociale démocratie, partout à la peine.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.