Mardi soir, le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Action et des Comptes publics, Olivier Dussopt, doit recevoir d'anciens camarades socialistes à son ministère. Objectif : la mise en orbite d'un mouvement de gauche qui soutiendra la politique d'Emmanuel Macron.

Alors qu'un groupe, "Agir de droite", a été créé pour soutenir l'action du président Macron, il aura bel et bien son pendant à gauche.
Alors qu'un groupe, "Agir de droite", a été créé pour soutenir l'action du président Macron, il aura bel et bien son pendant à gauche. © Maxppp /

Cette fois, les choses sont en train de s'accélérer. Après le groupe "Agir de droite" qui soutient l'action du président Macron, il y aura bel et bien son pendant à gauche. D'anciens députés socialistes ont en effet décidé de s'organiser, soutenus dans leur démarche, par deux actuels ministres : l'ex-Hollandais Jean-Yves Le Drian, actuel ministre des Affaires étrangères, et l'ancien Vallsiste, Olivier Dussopt, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Action et des Comptes publics. Désormais, tout est prêt à être lancé.  

La sociale-démocratie au service du pouvoir macroniste ?

Ils sont donc une vingtaine, mardi soir, à être reçus à dîner au ministère de la Fonction publique. Olivier Dussopt a invité ses anciens amis socialistes, qui sont aujourd'hui des députés "marcheurs", comme Brigitte Bourguignon (Pas-de-Calais) par exemple, Florent Boudié (Gironde), Françoise Dumas (Gard) et certains membres du club "Les Réformateurs". Ce sera le cas de l'ancienne ministre de François Hollande Juliette Méadel, de Gilles Savary aussi ou encore de Francis Chouat, l'ex-Premier adjoint de Manuel Valls dans sa ville d'Evry. 

En fait, tous estiment aujourd'hui que la sociale-démocratie doit se mettre au service du pouvoir macroniste. Pour l'instant, ils se réunissent, chaque mercredi soir, à l'Assemblée pour réfléchir et pour s'organiser. Un texte est d'ailleurs maintenant prêt à être publié.  Il s'agit d'un "appel" à les rejoindre qui devrait être lancé le 15 octobre prochain. Ils espèrent attirer la société civile et des élus de terrain. Exactement comme l'avait fait avant eux, à droite, le maire d'Angers Christophe Béchu, ce proche du Premier ministre Edouard Philippe.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.