Après l’assassinat d’un prêtre à Saint-Étienne-du-Rouvray, les représentants des cultes, reçus à l’Élysée par François Hollande, veulent afficher leur unité face à l’EI

Les principaux représentants religieux réunis devant l'Élysée
Les principaux représentants religieux réunis devant l'Élysée © Reuters / Benoit Tessier

François Hollande a reçu mercredi matin les responsables religieux des principaux cultes suivis en France, avant de réunir un cinquième Conseil de Défense en moins de 15 jours à l'Elysée.

Après l’attaque menée mardi dans une église normande à Saint-Étienne-du-Rouvray près de Rouen, et l’assassinat du père Jacques Hamel, 86 ans, par deux assaillants se revendiquant de l’organisation État Islamique, ces responsables religieux souhaitent riposter par l’unité, face au risque de tensions que peut entrainer le drame.

Mardi soir, le Premier ministre Manuel Valls avait lancé une mise en garde, estimant que "l'objectif" de l'attaque de Saint-Etienne-du-Rouvray était de "jeter les Français les uns contre les autres, s'attaquer à une religion pour provoquer une guerre de religions".

Ne pas cédér au "jeu politique de Daech"

François Clavairoly, qui préside la Fédération protestante de France, a estimé qu'"il s'agit de faire appel à la maîtrise de chacun, aux bonnes pratiques, à la surveillance, à la responsabilité de chacun".

"Nous ne pouvons pas nous laisser entraîner dans le jeu politique de Daech qui veut dresser les uns contre les autres les enfants d'une même famille", a déclaré à la sortie de l'Elysée le cardinal André Vingt-Trois, qui célébrera une messe pour les victimes mercredi à 18h15 en la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le cardinal André Vingt-Trois : "Leur croyance au christ ne fait pas d'eux des combattants mais des hommes de réconciliation et d'amour" :

0'19

Le cardinal André Vingt-Trois : "Leur croyance au christ ne fait pas d'eux des combattants mais des hommes de réconciliation et d'amour" :

Par Raphaël Godet

Aux côtés de Mgr Vingt-Trois, le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, a exprimé mercredi le "deuil profond" et la "sidération" des musulmans et suggéré "une certaine réforme dans les institutions" de l'islam.

Dalil Boubakeur : "Ce serait l’heure, pour les musulmans, de prendre conscience de ce qui ne va pas"

0'17

Dalil Boubakeur : "Ce serait l’heure, pour les musulmans, de prendre conscience de ce qui ne va pas"

Par Raphaël Godet

Selon lui, les représentants religieux ont demandé "une plus grande attention" à la sécurité des lieux de culte, une des cibles du groupe jihadiste.

Les quelque 700 écoles et synagogues juives et plus de 1.000 des 2.500 mosquées sont protégées dans le cadre de l'opération Sentinelle, mais il paraît illusoire d'appliquer un même niveau de sécurité à la totalité des 45.000 églises catholiques, auxquelles s'ajoutent 4.000 temples protestants, dont 2.600 évangéliques, et 150 lieux de culte orthodoxes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.