INFO FRANCE INTER - Le président des Patriotes, Florian Philippot, devrait envoyer une demande à l’Inspection générale de l’administration pour demander sa réintégration. "Il va retourner compter les gommes et les stylos dans une sous-préfecture" se moque l’entourage de Marine Le Pen. Florian Philippot dément.

Florian Philippot, en décembre 2017, lors de l'inauguration du siège de son parti Les Patriotes à Saint-Ouen.
Florian Philippot, en décembre 2017, lors de l'inauguration du siège de son parti Les Patriotes à Saint-Ouen. © AFP / Lionel Bonaventure

Retour à la maison. Florian Philippot s’était mis en disponibilité de l’administration au moment de son arrivée au Front national en 2011. Il devrait donc bientôt renouer avec la fonction publique, et réintégrer l’Inspection générale de l’administration. Selon les informations de France Inter, Florian Philippot a envoyé un courrier ou formulé une demande formelle en ce sens.

Son mandat de député européen s’achève dans quelques jours. L’énarque de 37 ans a perdu son pari. Il n’a rassemblé aux européennes que 0,65 % des suffrages, moins de 150 000 voix, loin derrière le Parti animaliste (2,17 %) et même doublé par l’autre partisan du Frexit, François Asselineau (1,17 %).

Dans un tweet en réponse à notre article, Florian Philippot dément et assure qu'il n'a "pas envoyé de courrier" à l'Inspection générale de l'administration.

France Inter maintient ses informations. 

"Il va retourner compter les gommes et les stylos dans une sous-préfecture"

"Ils vont le mettre dans un joli placard" s’amuse un proche de Marine Le Pen. "Il va retourner compter les gommes et les stylos dans une sous-préfecture". L’ancien vice-président du Front National ne sait pas encore où il sera réintégré. En parallèle, il va tout de même garder son mandat de conseiller régional à la région Grand-Est.

"C’est une histoire de fric" analyse un de ses anciens camarades. Son score ne lui permet pas, en effet, d’être remboursé de ses frais de campagne. Il s’est lui-même endetté pour imprimer et diffuser affiches et bulletins de vote. "En retournant dans la haute-administration, il s’assure un salaire confortable, de quoi rembourser ses dettes" ajoute, moqueur, un élu du RN.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.