[scald=218877:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - La survie du groupe français PSA Peugeot Citroën passe par une alliance de long terme avec un autre acteur du marché automobile, a réaffirmé dimanche Arnaud Montebourg, qui exclut une étatisation provisoire du constructeur.

"Il y a trois constructeurs en difficulté en Europe : Opel, Fiat, PSA. Opel a General Motors, Fiat a Chrysler, PSA n'a que l'Etat", a commenté le ministre du Redressement productif dans le cadre du "Grand Rendez-vous" Europe 1/i> TELE/Le Parisien-Aujourd'hui en France.

"Notre choix, c'est de construire une alliance de long terme", a-t-il ajouté, sans plus de précisions.

Interrogé sur l'éventualité d'une prise de participation de l'Etat, déjà évoquée, Arnaud Montebourg l'a exclue : "Nous n'en sommes pas là et nous ne nous situons pas dans cette hypothèse".

"Nous pensons que les décisions qui seront prises par Peugeot permettront à Peugeot de reprendre la vigueur qu'elle a perdue ces dernières années à cause d'erreurs de décision", a-t-il justifié.

PSA et General Motors, premier constructeur automobile américain, ont annoncé fin janvier le développement conjoint de trois types de voitures, dont deux sur les plate-formes du groupe français, afin de réduire leurs coûts sur un marché européen sinistré.

Sophie Louet

Mots-clés :

Derniers articles


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.