Gérard Larcher, le président Les Républicains du Sénat, à l'initiative du projet
Gérard Larcher, le président Les Républicains du Sénat, à l'initiative du projet © MaxPPP

Les sénateurs, qui examinent ce mercredi en commission le projet de loi, ont bien l'intention de le modifier en profondeur. Mais ce ne sera pas pour lui faire prendre un virage à gauche, loin de là...

Après un passage en force à l'Assemblée, la loi Travail arrive au Sénat. La Commission des Affaires Sociales doit se prononcer ce mardi sur le sujet, avant que les sénateurs en débattent à partir du 13 juin. Sans surprise, le Sénat, où le centre et la droite sont majoritaires, veut modifier le projet.

Objectif de la droite : montrer ce qu'elle ferait si elle revenait dans un an au pouvoir. D'abord réintroduire certaines mesures écartées , à commencer par le plafonnement des indemnités prud'homales. Puis ajouter d'autres proposititions encore plus libérales : contrat de travail unifié, ou encore la fin des 35 heures .

Jean-Baptiste Lemoyne, l'un des rapporteurs du projet

Il faut que la durée de référence soit fixée par entreprise ou par branche. Il y a des filières où on pourra travailler 37 heures par semaine, d'autres où l'on restera aux 35 heures... Il y a un moment où, si l'on ne veut pas être à la ramasse, il faut donner la capacité aux entreprises de s'organiser.

Mais la droite sénatoriale le sait, ses modifications risquent d'être gommées, car c'est l'Assemblée qui aura le dernier mot . Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat, espère tout de même convaincre...au moins sur une partie du texte.

Le but c'est de dire au président de la République : vous allez sans doute utiliser à nouveau le 49-3, il y a eu des mois de grève... Au moins, que ça serve à quelque chose. Peut-être que dans le panier que nous allons proposer, l'exécutif trouvera de bonnes mesures !

Une aubaine pour François Hollande, qui souhaite ainsi montrer aux manifestants et à une partie de sa gauche que son projet est un moindre mal...Le vote solennel au Sénat est prévu le 28 juin.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.