Daniel Cohn-Bendit tire sa révérence après 20 ans au parlement européen. À 69 ans, il a décidé de ne pas se représenter lors des prochaines élections, le 25 mai. Il siège pour la dernière fois à Strasbourg mardi.

Les Français l'ont connu jeune, le sourire moqueur, la tignasse rousse flamboyante. Nous sommes en mai 1968, Daniel Cohn-Bendit manque de se faire expulser du territoire français. La procédure aboutira l'année suivante. De nationalité allemande, "Dany" commence une carrière politique outre-rhin. Il entre au Parlement européen en 1994, avec l'étiquette des Verts allemands, est réélu en 1999 par les Français, puis à nouveau par les Allemands en 2004. La dernière élection se fera en 2009, sous bannière française, celle d'Europe Ecologie Les Verts. Il quitte officiellement le parti en décembre 2012, écoeuré par le "Non" des écologistes au traité européen.

Célèbre pour ses coups de gueule dans l'hémicycle, il ne se prive pas de hurler sur ses collègues députés ; en particulier ceux de l'extrême-droite.

En septembre 2012, passe d'armes avec Jean-Marie Le Pen

Le mois dernier, il qualifie les élus d'extrême-droite de "crétins finis"

Daniel Cohn-Bendit a tweeté lundi pour annoncer sa dernière séance.

Il raconte ses vingt ans au parlement européen dans un eBook. Les écologistes du parlement européen lui ont organisé une sorte de pot de départ le week-end dernier, une manifestation intitulée “Dessine-moi l’Europe”.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.