ayrault présente son programme "investir pour la france"
ayrault présente son programme "investir pour la france" © reuters

Jean-Marc Ayrault a dévoilé son plan d'investissements d'avenir sur 10 ans avec une enveloppe d'environ 12 milliards d'euros. Plusieurs chantiers étaient déjà connus mais le premier ministre a surtout tenu à mettre en avant ses ambitions écologiques.

C'est le 6 mai dernier que le président de la République avait chargé Jean-Marc Ayrault de concocter ce plan d'investissements pour lancer l'an II du quinquennat. Le premier ministre disposait pour cela d'une enveloppe d'environ 12 milliards d'euros .

François Hollande avait aussi annoncé quatre grands axes : le numérique, la transition énergétique, la santé et les grandes infrastructures de transport.

Pour financer ces investissements, le gouvernement devrait privilégier les ventes de participations de l'Etat dans des entreprises et l'épargne plutôt que l'emprunt.

3,5 milliards seront consacrés aux universités pour "créer de nouveaux campus d'excellence".

Transition écologique

Ce n'est pas un hasard si, parmi les ministres présents lors de l'allocution, on trouvait le successeur de Delphine Batho à l'Ecologie, Philippe Martin.

En effet, peu avant sa conférence, le premier ministre avait promis que "la moitié" des investissements d'avenir sera "consacrée" directement ou indirectement à la "transition écologique" .

Dans la matinée, il avait d'ailleurs reçu Pascal Durand, le numéro un d'Europe Ecologie les verts.

Au final, ce sont 2,3 milliards qui sont dédiés à la transition énergétique (dans le logement notamment).

Les explications de Régis Lachaud

Concrètement, une des mesures envisagée est le déploiement accéléré sur le territoire des compteurs électriques intelligents "Linky" avec un appel d'offre lancé pour en installer 3 millions d'ici 2016.

Améliorer le transport

L'autre grand dossier concerne les infrastructures de transport : environ 30 milliards d'euros doivent être consacrés aux grands projets à l'horizon 2030. L'Etat va aussi investir 400 millions d'euros supplémentaires par an dans le budget de l'Agence de financement des infrastructures de transports de France.

Le gouvernement maintient le début des travaux d'une seule ligne à grande vitesse avant 2030 : Bordeaux-Toulouse et renvoit, en revanche, à plus tard, les autres liaisons.

La priorité concerne également les "noeuds ferroviaires" engorgés : gares de Lyon et Saint-Lazare à Paris, la Part-Dieu à Lyon et Saint-Charles à Marseille.

Plan d'investissements
Plan d'investissements © radio-france
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.