Lors d'une précédente manifestation d'élus et d'habitants du 93.
Lors d'une précédente manifestation d'élus et d'habitants du 93. © IP3PRESS/MaxPPP

Une centaine d'élus et d'habitants de Seine-Saint-Denis se sont rassemblés devant l'Assemblée nationale ce samedi pour dénoncer la baisse des dotations de l'État aux collectivités. "On réclame le respect", disent-ils.

Les manifestants sont partis à pied à la mi-journée de différentes villes du 93 et se sont retrouvés en fin d'après-midi devant le palais Bourbon à Paris, derrière une banderole "Les plumés de l'austérité se rebiffent".

L'un des participants, le maire PCF de Stains, Azzedine Taïbi a expliqué la démarche :

On est là pour exprimer notre colère et réclamer le respect. La baisse de la dotation va avoir un effet catastrophique dans nos villes. Elle va toucher directement les populations.

Moins 11 milliards d'euros d'ici trois ans

Azzedine Taïbi a fait ses calculs : sa commune devrait perdre 3 millions d'euros d'ici 2017 (sur un budget de 51 millions), soit "l'équivalent du fonctionnement d'un centre municipal de santé". Une crainte partagée par le maire d'Aubervilliers, l'une des villes les plus pauvres de France, Pascal Beaudet :

On ne sait pas comment on va faire pour boucler le budget.

Même inquiétude pour Annie Raffenaud, adjointe au logement à l'Ile-Saint-Denis. Selon elle, la baisse des dotations va déstabiliser un peu plus des communes déjà fragiles."Totalement contre-productif", s'insurge-t-elle au micro de Béatrice Dugué

47 sec

"C'est totalement contre-productif"

Fin novembre, le collectif des "plumés de l'austérité" avait déjà fait parler de lui : plusieurs élus de l'Ile-Saint-Denis avaient posé en petite tenue et quelques jours plus tôt, le maire de Stains s'était mis "en grève".

Les dotations budgétaires versées par l'État aux collectivités territoriales baisseront de 11 milliards d'euros à horizon 2017.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.