Balladur Leotard
Balladur Leotard © Radio France
**Les juges chargés du volet financier de l'affaire Karachi ont demandé la saisine de la Cour de justice de la République (CJR) pour enquêter sur l'ex-premier ministre Édouard Balladur et son ministre de la Défense François Léotard.** Les juges ont aussi estimé que les éléments de l'enquête rendaient nécessaire une audition comme témoin assisté par la CJR de Nicolas Sarkozy, qui était ministre du Budget dans le gouvernement Balladur dans les années 1990. Pour Me Olivier Morice, l'avocat des parties civiles : > C'est une grande satisfaction pour les familles car lors du dépôt de leur plainte, le parquet s'était moqué et l'ancien président expliquait qu'il s'agissait d'une fable. Aujourd'hui, on se rend compte que ce que nous dénoncions comme un scandale d'Etat est confirmé par les juges. Les familles des victimes de l'attentat de Karachi, dans lequel [11 Français travaillant à la construction de sous-marins au Pakistan ont été tués en 2002](http://www.franceinter.fr/dossier-karachi-enquete-sur-des-alertes-negligees), avaient exhorté début décembre les juges à se dessaisir au profit de la CJR afin que les ministres soient jugés. ### Ce qui leur est reproché Edouard Balladur et François Léotard auraient favorisé les intérêts de [certains intermédiaires, dont Ziad Takieddine](http://www.franceinter.fr/dossier-karachi-les-accusations-de-l-ex-associe-de-takieddine), dans plusieurs contrats d'armements avec le Pakistan et l'Arabie Saoudite, dans le but de toucher des rétrocommissions. Les investigations montrent que cet argent a vraisemblablement financé la campagne présidentielle de 1995, voire le Parti Républicain (PR) de François Léotard. **Quant à Nicolas Sarkozy, à l'époque ministre du budget, il avait validé le versement accéléré des commissions contre l'avis de son administration. Le point sur l'enquête avec Sara Ghibaudo.**
**► ► ► ALLER PLUS LOIN | [Karachi, une affaire d'Etat ?](http://www.franceinter.fr/dossier-karachi-une-affaire-d-etat)**
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.