Le torchon brûle entre Gérard Larcher et Claude Bartolone.
Le torchon brûle entre Gérard Larcher et Claude Bartolone. © IP3PRESS/MaxPPP

Le torchon brûle entre le présidents de l'Assemblée, le socialiste Claude Bartolone, et celui du Sénat, l'UMP Gérard Larcher, qui ne travailleront plus ensemble sur "l'engagement républicain", comme le leur avait demandé François Hollande.

Après le refus mercredi du Sénat de fusionner sa chaîne télévisée, Public Sénat, avec celle de l'Assemblée, LCP-AN, comme le proposait l'Assemblée, Gérard Larcher a décidé jeudi de ne plus travailler avec son homologue du Palais Bourbon après que ce dernier ait une nouvelle fois plaidé en faveur de la suppression de la haute assemblée.

Bartolone veut supprimer le Sénat

Claude Bartolone a répété jeudi matin sur BFMTV qu'il était favorable à une "suppression du Sénat en tant que Sénat" et a prôné son rapprochement avec le Conseil économique, social et environnemental (CESE). La réponse de Gérard Larcher ne s'est pas fait attendre. Il a décidé de rompre toute collaboration avec son homologue de l'Assemblée.

Dans un communiqué, la présidence du Sénat annonce :

Constatant le profond désaccord sur leurs conceptions institutionnelles, à un moment où la situation dans le pays appelle à l'unité et au rassemblement, le président du Sénat a considéré que le travail en commun avec le président de l'Assemblée nationale n'était plus possible en conscience et en responsabilité.

Sur son compte Twitter, Gérard Larcher donne quelques précisions :

Les sénateurs voient rouge

Les présidents des deux assemblées avaient accepté de conduire, à la demande de François Hollande, une réflexion commune sur "l'engagement républicain et le sentiment d'appartenance à la Nation".

Le chef de file des sénateurs UMP, Bruno Retailleau, a accusé jeudi Claude Bartolone "de rompre violemment l'union nationale" en "déclarant la guerre" au Sénat, qui "a le tort de ne pas être de gauche".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.