ROME (Reuters) - Le président du Conseil italien Silvio Berlusconi, qui a annoncé mardi qu'il quitterait le pouvoir une fois après l'adoption de réformes promises à l'Union européenne, a déclaré mercredi qu'il ne se présenterait pas aux élections législatives anticipées qui pourraient se tenir selon lui début février.

"Je démissionnerai dès que la loi sur le budget sera adoptée et puisque je pense qu'il n'y a pas d'autre alternative possible, je pense que des élections seront organisées début février auxquelles je ne participerai pas", a-t-il dit lors d'une conversation avec le rédacteur en chef de La Stampa.

L'ancien ministre de la Justice et secrétaire général du Peuple de la Liberté (PDL), Angelino Alfano, sera le candidat du parti du centre-droit, a-t-il ajouté.

Silvio Berlusconi était sur une corde raide depuis des semaines, empêtré dans une spirale sans fin de scandales financiers et d'affaires de moeurs, d'échecs politiques et d'une perte de crédibilité sur les marchés internationaux.

Troisième économie de la zone euro, l'Italie est depuis plusieurs mois présentée comme le prochain Etat de l'Union européenne menacé par la crise de la dette souveraine.

Philip Pullela, Marine Pennetier pour le service français

Mots-clés :

Derniers articles

Musique

Lorsque la gamme nous charme

mercredi 28 septembre 2016
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.