Manuel Valls à la mairie d'Hénin-Beaumont pour les voeux du maire Eugène Binaisse
Manuel Valls à la mairie d'Hénin-Beaumont pour les voeux du maire Eugène Binaisse © MAXPPP/Thomas Padilla

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a dressé lui-même le bilan de sa politique migratoire pour l'année 2013. Un bilan qui compte 9000 expulsions de moins et 10 000 régularisations supplémentaires par rapport à l'année précédente.

Selon le ministre de l'Intérieur, on a ainsi compté 27 000 reconduites à la frontière en 2013, soit 9 000 de moins qu'en 2012.

Manuel Valls a ainsi déclaré:

Trop de contre-vérités ont été dites. La politique du chiffre et ses effets factices ne se sont pas limités aux seuls chiffres de la sécurité. Le bilan du précédent gouvernement est simplement très mauvais.

Depuis son arrivée place Beauvau, il y a 20 mois, le ministre n'avait présenté que des éléments parcellaires, lançant à la fois des messages de "fermeté" - contre l'immigration irrégulière - et d'humanisme dans l'application des règles ou l'accueil des étudiants et talents étrangers.

"Le précédent gouvernement a gonflé artificiellement les chiffres": explications de Yann Gallic

Le ministre a reconnu environ 10.000 régularisations supplémentaires en 2013, soit 46.000 au total, mais a justifié cette hausse par un "phénomène conjoncturel", l'entrée en vigueur d'une circulaire mettant fin à l'arbitraire qui régnait jusqu'alors.

Pour 2014, Manuel Valls promet une réforme de l'asile : reportage de Yann Gallic

A moins de deux mois des élections municipales, il a dénoncé les "mirages statistiques" et pris soin de ne pas apparaître trop laxiste tout en ménageant la gauche de la majorité, souvent sévère à son endroit. Le ministre de l'Intérieur qui a annoncé vouloir rompre avec la "politique du chiffre".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.