Budget de Poitou-Charentes : Alain Rousset parle de dérive financière
Budget de Poitou-Charentes : Alain Rousset parle de dérive financière © MaxPPP

En réc upérant les comptes de l’ex-région Poitou-Charentes, Alain Rousset a découvert des impayés de 132 millions d’euros. Le nouveau président de la grande région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charente mets en cause la gestion de Ségolène Royal, puis de son successeur Jean François Macaire

Pour le président PS de la toute nouvelle région Aquitaine/Limousin/Poitou-Charentes , il s’agit tout simplement de"dérive" financière de l'ancienne région Poitou-Charentes : des impayés s'élevant à 132 millions d'euros , "62 millions en investissement et 70 millions en fonctionnement". Interrogé dans les colonnes de Sud-Ouest et de la Nouvelle République, Alain Rousset dresse un constat sans appel et parle d’un problème spécifique "picto-charentais".

C'est une région qui manifestait beaucoup de volontarisme et avait sans doute les yeux plus gros que le ventre par rapport aux capacités de financement (Alain Rousset)

Des mesures immédiates

La réaction du nouveau président de région ne s'est pas fait attendre : il alimogé le directeur des finances de la collectivité , et soldé un premier volant de factures (une première ardoise de 46 millions d’euros, notamment aux entreprises) avant de régler la totalité des impayés d’ici "deux ou trois semaines ", "sans poser le moindre souci de trésorie ".

Si j’avais été au courant, ça n’aurait pas traîné (Alain Rousset interrogé par Sud-Ouest)

Royal et Macaire dans le viseur

A l’époque président de la région Poitou-Charentes (aujourd’hui regroupée avec l’Aquitaine dans le cadre des redécoupages de région), le socialiste Jean-François Macaire -- qui

avait succédé à Ségolène Royal en 2014- a été nommé, en janvier, vice-président

délégué aux finances de la grande Région . Une nomination qui fait grincer des dents :

c'est une situation évidemment gênante. Je pense qu'il est préoccupé, c'est le moins qu'on puisse dire. La question c'est de savoir s'il était totalement au courant (Alain Rousset)

Jean-François Macaire,qui s'était présenté contre Alain Rousset à la primaire socialiste avant les élections, se retrouve ainsi dans le viseur, mais se dit "étonné" par ces décalages de paiement, et avoue qu’il a hérité de "la méthode Royal".

Alain Rousset s'est quand même refusé à une mise en cause frontale de l'actuelle ministre de l'Ecologie: "Ségolène Royal a cédé la présidence de la Région depuis un bon bout de temps et il n'y a chez moi aucune arrière-pensée politique. Je réagis là uniquement en gestionnaire de l'argent public ".

Le président de la nouvelle région a aussi annoncé, dans le même temps, le lancement d'unaudit global de son territoire pour "remettre d'aplomb cette partie de la grande région".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.