Christian Jacob, président du groupe UMP à l'Assemblée
Christian Jacob, président du groupe UMP à l'Assemblée © MaxPPP

Réunion tendue ce matin dans les rangs de l’UMP. Christian Jacob, président du groupe parlementaire a dû s’expliquer sur un prêt de 3 millions d’euros accordé au parti. Une somme destinée à sauver l’UMP de la noyade financière après la campagne présidentielle de 2012. Mais les députés du groupe n’ont pas été avertis de la procédure.

Après le siège du parti, les couloirs de l’Assemblée. La tempête qui secoue l'UMP souffle désormais dans les travées du Palais Bourbon. Christian Jacob, président du groupe parlementaire, a dû s’en expliquer ce matin. Le chef de file des députés UMP reconnaît la transaction révélée samedi par le site Mediapart. Un procédé qui n'a, sur le papier, rien d’illégal, mais qui a du mal à passer au sein du groupe. Certains élus s’offusquent de la cause réelle des difficultés financières du parti : les surfacturations de Bygmalion. Ils dénoncent aussi le caractère secret de l'opération.

Christian Jacob a donc été sommé de s'expliquer sur ce prêt ce matin, Carine Bécard.

###

Des explications qui n'ont pas totalement convaincu Pierre Lellouche, député UMP de Paris qui a participé à la réunion de groupe de ce matin. Il était l'invité du journal de 13 heures de Claire Servajean.

Demande de transparence

L'Assemblée nationale verse près de 10 millions d'euros par an aux différents groupes parlementaires. L’UMP hérite d’environ 3 millions. Soit le montant du fameux prêt.

Christian Estrosi, le député-maire de Nice est amer.

En tant que parlementaire qui apporte sa cotisation à son groupe régulièrement (200 euros par mois, NDLR), qui permet à son groupe de toucher une dotation de l'État […] j'ai le droit de savoir pourquoi et dans quelles conditions cela s'est passé. Nous n'avons jamais été informés de cela et cela me choque.

Un coup porté à l’aura de Christian Jacob

Contrairement à Jean-François Copé, fragilisé dès le départ par les conditions contestées de son élection à la tête de l’UMP, Christian Jacob est un chef de groupe respecté par ses troupes. Les députés lui reconnaissaient le mérite d'avoir tout fait pour surmonter la crise de l'automne 2012. Pour Luc Chatel, secrétaire général intérimaire de l'UMP le patron des députés a agi "en solidarité" avec le parti.Même ligne de conduite pour Hervé Mariton, député de la Drôme.

On ne peut reprocher à Christian Jacob de n'avoir pas appliqué des règles qui n'existent pas, mais maintenant il faut des règles.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.