Logo de la société Bygmalion
Logo de la société Bygmalion © IP3PRESS/MaxPPP

Jérôme Lavrilleux, directeur adjoint de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012, a été mis en garde à vue ce mardi matin. Selon Mediapart, 17 millions d'euros n'auraient pas été déclarés à la commission de contrôle des comptes de campagne.

Tout juste élu député européen, Jérôme Lavrilleux avait avoué le 26 mai, qu'en 2012, la société Bygmalion avait facturé à l'UMP des prestations destinées en fait à la campagne du candidat Nicolas Sarkozy, afin de lui éviter de dépasser le plafond de dépenses autorisé par la loi. Selon le site d'information Mediapart, le montant de ce dépassement est proche de 17 millions (la première évalutaion faisait état de 11 millions).

Mediapart s'est procuré les documents contenus dans une clé USB saisie par la justice. Le site a détaillé les 44 meetings de la campagne de Nicolas Sarkozy, du 16 février (Annecy) au 4 mai (Toulon).

Pour Mediapart

Aucune des 44 factures officielles ne correspond à la réalité

Les explications de Sara Ghibaudo du service police-justice de France Inter

Et le site de préciser que dans 9 cas, plus de 500 000 euros ont été dissimulés à la commission. Quant au meeting du Trocadéro, Bygmalion n'y a officiellement pas participé, donc pas de dépense dans les comptes de campagne. Une facture de 576 000 euros a néanmoins été réglée par l'UMP pour cette manifestation.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.