Invité dans l'Emission politique sur France 2 jeudi soir, François Fillon a voulu "faire un coup" en accusant l'Élysée d'orchestrer les révélations qui plombent sa campagne.

François Fillon a tenté de "faire un coup" sur le plateau de France 2 en accusant l'Élysée
François Fillon a tenté de "faire un coup" sur le plateau de France 2 en accusant l'Élysée © AFP / THOMAS SAMSON

Invité de L'émission politique sur France 2 jeudi soir, François Fillon a dénoncé un "scandale d'Etat" et accusé François Hollande d'organiser, à la tête d'un "cabinet noir" , les fuites dans la presse sur ses affaires judiciaires.

Une attaque préparée d'avance par le candidat Les Républicains. Juste avant le débat, l'une de ses proches expliquait à Estelle Schmitt, journaliste au service politique de France Inter, que François Fillon avait l'intention de riposter aux propos de François Hollande au sujet des affaires. Le chef de l'État avait mercredi expliqué qu'il ne pouvait y avoir de "suspicion à l'égard des personnes" qui "briguent les plus hautes responsabilités".

► LIRE AUSSI | Mercredi déjà, le candidat Les Républicains dénonçait une machination d'État à son encontre

François Fillon a donc voulu "faire un coup", en mettant en cause le président de la République.

Riposte graduée de l'Élysée

Ces accusations, graves, ont fait bondir l'Élysée. Sans attendre la fin de l'émission, un communiqué a été expédié pour condamner "avec la plus grande fermeté les allégations mensongères de François Fillon". Le président de la République y affirme qu'il n'a été informé "que par la presse" des affaires de François Fillon.

Plus tard dans la soirée, un second communiqué, cette fois-ci du Garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, qui assure que François Fillon aurait voté contre "tous les textes qui renforcent l'indépendance de la justice et qui favorisent la transparence de la vie publique", notamment la loi Sapin 2 adoptée fin 2016.

"La seule personne qui croit qu'il y a un cabinet noir à l'Elysée c'est François Fillon".

Pour Didier Hassoux, journaliste au Canard enchaîné et co-auteur du livre "Bienvenue place Beauvau", publié chez Robert Laffont et cité jeudi soir par François Fillon, il n'y a pas de "cabinet noir" à l'Elysée. Sur Franceinfo, il a précisé que "la seule personne qui croit qu'il y a un cabinet noir à l'Elysée c'est François Fillon".

Ddider Hassoux raconte ainsi que François Fillon "y croit tellement que le 24 juin 2014 [...], il est allé voir Jean-Pierre Jouyet, qui est le numéro 2 de l'Elysée, pour lui demander d'activer ce cabinet noir. Ce cabinet noir n'existe pas. Nicolas Sarkozy avait mis en place une police politique, continue Didier Hassoux, alors que François Hollande, a simplement instrumentalisé la police à des fins politiques mais comme tous les présidents de la Ve République."

François Fillon, vu comme "aux abois", a donc tenté de faire un coup. Tout en essayant aussi de se racheter une probité. Le candidat de la droite a ainsi concédé avoir eu "tort" d'accepter les costumes de luxe offert par l'avocat Robert Bourgi, pour une valeur totale de 13.000 euros. Des cadeaux qu'il affirme avoir "rendus".

►LA RÉACTION :François Hollande : "Il y a une dignité à respecter, je pense que François Fillon est au-delà ou en deçà"

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.