ÉLECTIONS RÉGIONALES 2021 - Alors que la campagne officielle débute ce lundi, France Inter examine les enjeux du scrutin en Pays de la Loire où tous les candidats (ou presque) se disputent la carte écolo.

De gauche à droite, de haut en bas : Christelle Morançais (LR et alliés), Matthieu Orphelin (EELV-LFI), Guillaume Garot (PS-PCF), François de Rugy (LaRem) et Hervé Juvin (RN).
De gauche à droite, de haut en bas : Christelle Morançais (LR et alliés), Matthieu Orphelin (EELV-LFI), Guillaume Garot (PS-PCF), François de Rugy (LaRem) et Hervé Juvin (RN). © AFP

Alors que débute, ce lundi, la campagne officielle pour les élections régionales des 20 et 27 juin, chaque jour, France Inter vous propose de faire le point dans l'un des 13 territoires métropolitains concernés par ce scrutin. Premier épisode dans les Pays de la Loire, région où rien n'est vraiment acquis, y compris pour la présidente sortante, et où la gauche ou LaRem pourrait surprendre. 

Carte d'identité

  • Population : 3 837 166 habitants 
  • Budget : plus de 2 milliards d'euros
  • Capitale : Nantes
  • Départements : Loire-Atlantique (44), Maine-et-Loire (49), Mayenne (53), Sarthe (72) et Vendée (85)

Le/la sortant.e

Christelle Morançais (Les Républicains) est présidente de la région Pays de la Loire depuis octobre 2017. Elle a remplacé Bruno Retailleau, élu en 2015 mais touché par la loi sur le cumul des mandats. Il a démissionné pour rester sénateur. Christelle Morançais est candidate à sa réélection. 

Les forces en présence

La bataille risque d'être rude en Pays de la Loire, l'une des rares régions à avoir gardé son visage d'avant la réforme territoriale, notamment pour la présidente sortante. En effet, Christelle Morançais fait face à trois figures politiques médiatisées, connues du grand public. L'ancien ministre, ex-président de l'Assemblée nationale, François de Rugy, tête de liste pour la majorité présidentielle ; l'ancien marcheur Matthieu Orphelin, pour une liste d'union EELV-France insoumise ; enfin le socialiste Guillaume Garot qui conduit une liste socialiste et communiste avec le PRG et Cap Ecologie. C'est d'ailleurs notamment en Pays de la Loire que la droite est menacée pour ce scrutin et que la République en marche peut nourrir l'infime espoir de remporter région.

Ce qu'il s'était passé en 2015

En 2015, 49,9% des inscrits avaient voté au premier tour, 57,2% au second. Au premier tour, le candidat de droite Bruno Retailleau (LR - UDI - MoDem - CPNT) était arrivé en tête avec près de 33,5%. Christophe Clergeau (PS - PRG et alliés) et Sophie Bringuy (EELV) étaient arrivés respectivement en deuxième et troisième position, devant le FN Pascal Gannat. Au second tour, bien qu'unie, la gauche n'avait pas réussi à rattraper son retard et Bruno Retailleau avait pu offrir la région Pays de la Loire à la droite après plus d'une décennie à gauche. 

L'écologie, thème au cœur de la campagne

Ambiance "Plus écolo que moi tu meurs", en Pays de la Loire. Tous les candidats à la présidence de la région revendiquent cette thématique. Huit listes qui, de Lutte ouvrière jusqu'à la droite, y compris Les Républicains et le Rassemblement national, font de ce sujet leur cheval de bataille.  

Mais à chacun sa conception de la question : 50 nuances de verts, donc, du vert bleu de la patronne de LR de la région Christelle Morançais, héritière du très droitier Bruno Retailleau, qui se revendique comme "la première écologiste de la région" au vert brun incarné par le RN Hervé Juvin, que Marine Le Pen présente comme son futur ministre de l’Écologie Herve Juvin et qui défend le "localisme" et "met en doute l'écologisme, peinture verte" de la présidence Macron. 

En passant par le vert pastel très tempéré de François de Rugy (ancien d’EELV, ancien président de l’Assemblée nationale, éphémère ministre du gouvernement Philippe), représentant du parti présidentiel qui reproche lui même vert trop rouge de Matthieu Orphelin, député dissident LREM, proche de Nicolas Hulot, allié aux Insoumis : "Me dépeindre moi comme un décroissant, ça fait rigoler tout le monde", se défend-il. Enfin le vert rose de l’ancien ministre de l’agroalimentaire de François Hollande Guillaume Garot, qui défend, avec les communistes, une écologie sociale. 

Toutes les listes présentes

  • "L'écologie ensemble, solidaire et citoyenne", conduite par Matthieu Orphelin (Europe Ecologie-Les Verts, La France insoumise)
  • "Faire entendre le camp des travailleurs", conduite par Eddy Le Beller (Lutte ouvrière)
  • "Un nôtre monde Pays de la Loire", conduite par Linda Rigaudeau (Divers)
  • "La région de tous les progrès", conduite par François de Rugy (La République en marche, MoDem)
  • "Union de la droite et du centre", conduite par Christelle Morançais (Les Républicains, Union des démocrates et indépendants)
  • "Debout les pays de la Loire", conduite par Cécile Bayle de Jessé (Debout la France)
  • "Printemps des Pays de Loire", conduite par Guillaume Garot (Parti socialiste, Parti communiste, PRG, Place Publique, GDS, Cap Ecologie)
  • "Pour une région qui vous protège", conduite par Hervé Juvin (Rassemblement national)