Nommé ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner va devoir quitter la direction de La République en Marche.Il faut donc le remplacer.

Christophe Castaner
Christophe Castaner © Radio France / Anne Audigier

Dans un premier temps il s'agirait d'assurer un intérim. C'est vendredi soir que Christophe Castaner doit quitter officiellement la tête du parti de La République en Marche.

Une réunion du bureau exécutif doit être exceptionnellement et c'est à cette occasion que le nom du délégué général "par intérim" sera choisi. 

La question suivante est : qui va diriger le mouvement ? La plus "organisée" manifestement, c'est la secrétaire d'État Marlène Schiappa. Elle a déjà pensé à inviter tous les référents de La République en Marche - il y en a un par département - samedi soir à son ministère, "simplement pour les voir".

Marlène Schiappa est secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes depuis le premier gouvernement Philippe. A l'occasion du remaniement, son périmètre a été élargi à la Lutte contre les discriminations.

Elle est rattachée auprès du Premier ministre. Née en 1984, Marlène Schiappa, a été adjointe au maire du Mans (Jean-Claude Boulard).

Elle s'était fait connaître en tenant un blog (Maman travaille) et en publiant une quinzaine d'ouvrages dont un essai sur "la culture du viol".

D'autres noms circulent en coulisses. Pierre Person, très investi dans le parti et proche d'Émmanuel Macron. 

Durant ses études à l'université de Poitiers, Pierre Person a été président de la branche locale de l'Union nationale des étudiants de France, syndicat étudiant classé à gauche, et adhérent au Parti Socialiste jusqu'en 2012. Mais en 2015  il cofonde le collectif les Jeunes avec Macron avant de rejoindre son équipe de campagne, puis le bureau exécutif du conseil national de La République en marche. Député de la sixième circonscription à Paris, il est chargé d'assurer un lien entre le groupe LREM, l’Élysée et le part. Il est également membre de la commission des finances, chargé du rapport spécial sur la culture et rapporteur de la mission sur les cryptomonnaies. 

Entièrement dévoué au Président de la république, sera-t-il jugé apte à diriger le parti, ou bien lui reprochera-ton d'être trop critique vis-à-vis de Matignon ? Il est par ailleurs concurrencé par un autre député, Stanislas Guerini et par Stéphane Travert, ministre qui vient d'être débarqué et dont le nom est visiblement testé.

Cette fois, contrairement à ce qui a été dit pour le remaniement, pas question de prendre son temps à l'avant-veille des élections européennes. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.