Le candidat à la présidentielle doit dévoiler son programme le 3 mars. Et mercredi 1er février, en avant-goût, il apportera des précisions sur l'antenne de France Inter dès 7h.

Le candidat à la présidentielle 2017 Emmanuel Macron
Le candidat à la présidentielle 2017 Emmanuel Macron © AFP / CHRISTOPHE ARCHAMBAULT

Ses opposants ne cessent de le faire remarquer : Emmanuel Macron est en bonne place dans les sondages… sans pour autant avoir précisé les contours de son programme.

► ALLER PLUS LOIN | "Emmanuel Macron mise sur le pourrissement des appareils politiques"

Le potentiel des candidats de la présidentielle 2017
Le potentiel des candidats de la présidentielle 2017 © Visactu

L’ex-ministre de l’Économie de François Hollande s’exécutera le 3 mars prochain, mais il a d’ores et déjà fourni des éléments, notamment dans une lettre adressée en septembre dernier à ses soutiens qui évoquaient de premières orientations.

Les premières lignes du programme d'Emmanuel Macron
Les premières lignes du programme d'Emmanuel Macron © Visactu

Favoriser l’investissement privé

Objectif d’Emmanuel Macron : développer l’investissement privé, et remplacer le CICE, pour réduire à une baisse des charges patronales de 6%. Il réaffirme également son envie de faire baisser la différence entre le brut et le net et évoque une hausse de la CSG de 1,7%. pour la financer.

Ni relance ni rigueur dogmatique, il s'agit de trouver un équilibre entre réduction des dépenses et nécessité d'accompagner une économie qui souffre encore de la crise qu'elle a traversée (le candidat Macron dans une lettre aux adhérents de En Marche)

Sur la santé

À part développer les maisons de santé, peu de précisions sur des mesures concrètes dans ce domaine, si ce n’est la promesse de revoir le système de santé sur le fond et de faire évoluer le salaire des médecins.

Sur la laïcité

Emmanuel Macron, a réagi, dans l'émission "Questions Politiques" de France Inter le 4 septembre 2016 : pour lui, il faut "trouver comment chaque citoyen français peut vivre sa religion, s'il le souhaite, en autonomie. À la condition que les règles de celle-ci s'intègrent dans celles de la République".

Sur le nucléaire

Une mesure se dégage : réduire la part du nucléaire dans le mix énergétique français.

Sur l'éducation

Macron propose de tout miser sur l’école primaire et de refonder la carte scolaire, pour favoriser la mixité dans certaines zones en difficulté.

Sur la sécurité

Emmanuel Macron propose la création de 10 000 postes de fonctionnaires de police ou de gendarmes sur les trois premières années de son hypothétique quinquennat. Il s’est également dit favorable à l’instauration d’une commission de citoyen contrôlant l’action de l’exécutif (avec l’aide de la Cour des comptes).

Sur les grandes métropoles

Malgré le fait que la réforme territoriale a déjà largement remanié la carte administrative française, il souhaite également que certains départements urbains soient supprimés s’ils sont inclus dans un ensemble ayant le statut de métropole.

Sur le travail, le candidat du cas par cas

Alors qu’il prônait une négociation branche par branche des 35h, Macron entend aussi proposer un départ à la retraite au cas par cas : 60, 65 ou 67 ans selon les métiers. Idem pour la semaine de 35h, qu’il juge inutile d’appliquer en bloc à une population active plus vraiment hétérogène : il propose dans ce cas de laisser accéder les jeunes générations à des semaines plus remplies, 35h et plus, contre celles des seniors, qui pourraient se contenter de 32h hebdomadaires. Les Français pourraient s'adresser directement aux prestataires de formation, sans intermédiaire. L’ex-ministre de l’Économie veut aussi « réduire l'écart entre le salaire brut et le salaire net », en supprimant les cotisations maladie et chômage que paye le salarié.

Sur l'assurance-chômage

Pour Emmanuel Macron, la gestion directe de l’Unedic par l’État est indispensable au regard de sa situation déficitaire depuis 30 ans. L'assurance-chômage doit être plus égalitaire et doit couvrir « tout le monde « : droit au chômage pour les travailleurs indépendants et les auto-entrepreneurs mais également pour les salariés démissionnaires. Concernant les licenciements, il souhaite qu’en fonction de la jurisprudence, un plancher et un plafond soient décrétés pour les indemnités.

Sur l’Europe

L’ex locataire de Bercy s’est prononcé, à propos du dumping fiscale, sur la nécessité d’une politique européenne commune, et propose un budget commun à la zone euro pour les cas de crises et les régions en difficultés. Il propose également la création d'un poste de ministre des finances de la zone euro.

A VENIR | L'édition spéciale du 7/9. Emmanuel Macron répond aux questions de nos journalistes et des auditeurs.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.